La Liberté Chrétienne

Forum d'aide, de recherche et collaboration pour une meilleure compréhension des écritures
 
Site WebSite Web  AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La philosophie de l'humanisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11247
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: La philosophie de l'humanisme   Mar 26 Sep 2006 - 18:58


Pour ouvrir la discussion, il est bon de connaître tout d'abord la définition du terme :
Citation :
Humanisme
Doctrine qui a pour l'objet l'épanouissement de l'homme
Mouvement des humanistes de la Renaissance, qui a remis en honneur les langues et les littératures anciennes
Philos. Position philosophique qui met l'homme et les valeurs humaines au-desus des autres valeurs
Dictionnaire Larousse
Pour ma part, je ne suis absolument pas contre l'épanouissement de l'homme et j'apprécie beaucoup les langues et les littératures anciennes. Par contre, une position philosophique qui met l'homme et les valeurs humaines au-dessus des autres valeurs n'est pas acceptable pour un chrétien qui place les valeurs divines au-dessus de toutes les autres valeurs!

La philosophie de l'humanisme ne tient aucun compte de la réalité exprimée dans la littérature ancienne, notamment dans un livre écrit dans la langue hébraïque de l'antiquité dans lequel on peut lire:
Citation :
Car vos pensées ne sont pas mes pensées,
et mes voies ne sont pas vos voies, oracle de Yahvé.
Autant les cieux sont élevés au dessus de la terre,
autant sont élevées mes voies au-dessus de vos voies,
et mes pensées au-desus de vos pensées -
Yeschayahou, mieux connu sous le nom d'Isaïe (55,8-9)
Le chrétien fera donc preuve de sagesse en s'orientant sur Yahvé le Dieu éternel plutôt que sur des hommes mortels.

Le fait de placer les valeurs humaines au-dessus des autres valeurs, c'est tout simplement la renaissance de l'attitude humaine qui mena tout droit à la construction de la tour de Babel!

Respectueusement
Nomade

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11247
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Sam 30 Sep 2006 - 11:17


je pense qu'il ne faut pas confondre entre
- être un humaniste, c'est-à-dire un adepte d'une philisophie qui place les valeurs humaines au-dessus des valeurs divines
- et avoir un comportement humain, donc être sensible à la pitié, compatissant, compréhensif, l'être humain étant fait à l'image de Dieu à l'origine (Genèse 1:27).

Le contraire d'un comportement humain est qualifié d'inhumain, ce qui est souvent considéré comme diabolique ou démoniaque. Être inhumain c'est être cruel, impitoyable et manquer totalement de générosité.

Un humaniste peut donc être humain ou inhumain mais ceci est également vrai pour un chrétien comme pour un athée.  

Revenons maintenant à la doctrine de l'humanisme que je considère comme incompatible avec le christianisme authentique puisqu'il met les valeurs de l'homme au-dessus des valeurs divines. Cette position philosophique n'est pas nouvelle puisque déjà le premier homme Adam a choisi délibérément de vivre selon ses propres valeurs humaines plutôt que d'accepter celles de Dieu. Il a eu beaucoup d'imitateurs depuis.

En tenant compte de ces faits, il est étonnant d'apprendre qu'il existe un humanisme dévôt, expression accréditée par l'abbé Henri Bremond pour désigner un humanisme chrétien mis à la portée des plus humbles fidèles (François de Sales en fut le promoteur et la France de Louis XIII en fut le terrain privilégié.)

Quelle que soit notre propre position philosophique, je pense que chacun reconnaîtra la véracité des paroles suivantes de Jésus :
Citation :
Un bon arbre produit de bons fruits et un arbre malade de mauvais fruits - Matthieu 7,17
Quelle sorte de fruits la philosophie de l'humanisme a-t-elle produit?
Qu'en pensez-vous ?
Dès que mon temps me le permettra, je vous ferai part de mes propres recherches sur cette question.

Sincèrement
Nomade

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.


Dernière édition par Nomade le Mer 10 Aoû 2016 - 14:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Spectre

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Mar 10 Oct 2006 - 14:53

Théophile a écrit:
Notre juste compréhension de l'humanisme ne doit pas éliminer en nous notre sentiment humanitaire.
Notre Père attend cela de nous
Jacques 1:27 nous le rappelle:
"Le culte qui est pur et sans souillure du point de vue de notre Dieu et Père, le voici: prendre soin des orphelins et des veuves dans leur tribulation
s , et se garder sans taches du côté du monde."
Nous devons aimer notre prochain pour démontrer que nous aimons Dieu.

En cela, j'ai la certitude que nous sommes tous d'accord.

Affection fraternelle à vous tous.

Le tout puissant a dit "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" ; cela implique qu'il fait ici une différence entre une relation qui peut exister entre les hommes, et d'autre part, entre lui et l'homme (c'est la signification de la croix Chrétienne).

Cordialement, Spectre.
Revenir en haut Aller en bas
http://spectre.over-blog.net
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11247
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Sam 10 Nov 2007 - 16:40

Citation :
Les racines de l'humanisme moderne

Certains humanistes modernes voient dans l'humanisme de la Renaissance la prise de conscience d'un courant qui a des racines profondes non seulement dans le monde antique de l'Occident mais également en Asie. Confucius semble être un des premiers philosophes a exclure formellement le divin dans sa recherche de l'harmonie sociale: sa morale est complètement débarrassée de toute finalité métaphysique. De même, la version originale du Bouddhisme (selon le canon de Pali) comprend la notion d'âme mais pas celle de divinités et son but reste l'accomplissement de l'homme.

Dans l'antiquité grecque, c'est sans doute Protagoras, celui de « L'Homme est la mesure de toute chose », qui représente le mieux le scepticisme antique à l'égard des divinités. Démocrite avec son explication purement matérialiste de la nature, selon lui constituée de minuscules particules, élimine aussi les dieux de sa vision de la réalité du monde. Épicure non plus, n'a pas besoin de dieux pour établir son éthique.

En 431 av. J.-C., Périclès, stratège d'Athènes, prononce une longue oraison funèbre pour honorer les guerriers athéniens morts au combat lors de la Guerre du Péloponnèse. Cette oraison est extraordinaire à bien des points de vue, mais surtout pour celui-ci: jamais Périclès ne fait mention des dieux. L'hommage aux disparus et la consolation aux familles sont entièrement laïques! Voir (fr) Thucydide, livre II


Critique
À la Renaissance, des humanistes ont été liés au développement de la kabbale et à l'ésotérisme, ce qui provoqua des controverses. Marin Mersenne est resté célèbre pour avoir dénoncé une secte philosophique qui réunissait Mirandole, Cornelius Agrippa et Francesco Gorgio.

Au XXe siècle, le théologien catholique Henri de Lubac a écrit Le drame de l'humanisme athée : selon lui, l'humanisme athée exalte le libre-arbitre jusqu'à l'excès. Il dit que l'humanisme moderne constitue une forme nouvelle de pélagianisme, c'est-à-dire une religion humaniste privée de grâce.

Lubac croyait que l'orgueil de l'homme pour soi était la cause principale de l'athéisme moderne. Il écrivit que la doctrine humaniste athée conduisait immanquablement vers un manque d'humilité et un manque de charité.

Tiré de Wikipédia.fr

Citation :
Je le sais, ô Eternel ! La voie de l'homme n'est pas en son pouvoir; Ce n'est pas à l'homme, quand il marche, A diriger ses pas. - Jérémie 10,23

Ainsi parle l'Eternel: Maudit soit l'homme qui se confie dans l'homme, Qui prend la chair pour appui, Et qui détourne son coeur de l'Eternel !
Il est comme un misérable dans le désert, Et il ne voit point arriver le bonheur; Il habite les lieux brûlés du désert, Une terre salée et sans habitants.
Béni soit l'homme qui se confie dans l'Eternel, Et dont l'Eternel est l'espérance !
Il est comme un arbre planté près des eaux, Et qui étend ses racines vers le courant; Il n'aperçoit point la chaleur quand elle vient, Et son feuillage reste vert; Dans l'année de la sécheresse, il n'a point de crainte, Et il ne cesse de porter du fruit. - Jérémie 17,5-8

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
teo
Invité



MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Sam 10 Nov 2007 - 16:58

???
Citation :


HUMANISME, subst. masc.
HUMANISME, subst. masc.
A. Mouvement intellectuel se développant en Europe à la Renaissance et qui, renouant avec la civilisation gréco-latine, manifeste un vif appétit critique de savoir, visant l'épanouissement de l'homme rendu ainsi plus humain par la culture. Le totalitarisme moderne est au totalitarisme catholique du XIIe siècle ce qu'est l'esprit laïque et franc-maçon à l'humanisme de la Renaissance (WEIL, Pesanteur, 1943, p. 177).
P. anal. Type de culture, résultat d'une formation qui embrasse la culture littéraire, fondée essentiellement sur les œuvres grecques et latines, et la culture scientifique. Cet humanisme est le produit de l'étude des humanités et correspond aux fondements moraux et esthétiques du classicisme (LEGRAND 1972).
B. Attitude philosophique qui tient l'homme pour la valeur suprême et revendique pour chaque homme la possibilité d'épanouir librement son humanité, ses facultés proprement humaines. Humanisme athée, classique, existentialiste, intégral, métaphysique, marxiste, moderne. L'humanisme s'est donné pour mission exclusive d'éclairer et de perpétuer la primauté de l'homme sur l'individu. L'humanisme a prêché l'homme (SAINT-EXUP., Pilote guerre, 1942, p. 377) :

1. Il m'est impossible, plus j'y pense, de souscrire à cette déification de notre espèce (...) qui sous le nom d'humanisme réhabilitant et consacrant le mysticisme, ramène dans la science le préjugé...
PROUDHON, Syst. contrad. écon. ds Œuvres choisies, Paris, Gallimard, 1967 [1846], pp. 243-244.

2. Il opposait au vieil humanisme qui avait été le sien un humanisme neuf, plus réaliste, plus pessimiste, qui faisait une large place à la violence, et presque aucune aux idées de justice, de liberté, de vérité...
BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 470.
P. anal. Altruisme, amour des hommes. Synon. rare de humanité :

3. Ça m'intéresserait d'apprendre le genre d'ennuis qu'il avait, s'il avait une femme ou s'il vivait seul. Pas du tout par humanisme : au contraire. Mais parce qu'il a fait ça.
SARTRE, Nausée, 1938, p. 221.
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. 1765 « amour de l'humanité » (Éphémérides du Citoyen, no 16, I, p. 247 ds BRUNOT t. 6, p. 119), attest. isolée; 1846 philos. « doctrine qui prend pour fin la personne humaine » (PROUDHON, loc. cit.); 2. 1877 « mouvement intellectuel européen des XVe et XVIe s. qui préconisait un retour aux sources antiques par opposition à la scolastique » (R. des 2 Mondes, 15 mars, p. 273 ds LITTRÉ Suppl.). Dér. de humanité*; suff. -isme*. Fréq. abs. littér. : 328. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : néant; XXe s. : a) 63, b) 1 357. Bbg. CAMPANA (A.). The Origin of the word humanist. Wartburg Institute Journal. 1946, t. 9, pp. 60-73. - COLOMB. 1952/53, pp. 366-367. - Europäische Schlüsselwörter. 2. Kurzmonographien. 1. Wörter im geistigen und sozialen Raum. München, 1964, pp. 382-408. - FRANÇON (M.). Humanisme. Renaissance quarterly. 1968, t. 21, pp. 300-303. - GELINAS (R.). L'Œuvre de F. Simone : réflexions sur humanisme et humaniste M. Fr. 1977, no 1, pp. 131-148. - SEEBER (E.D.). Humanisme... Mod. Lang. Notes. 1934, t. 49, pp. 521-523.

Au stade de la définition suivante:
Citation :


P. anal. Altruisme, amour des hommes. Synon. rare de humanité :
Le chrétien doit-il être un humaniste ?

teo
Revenir en haut Aller en bas
Gégé2
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 8590
Localisation : vosges
Date d'inscription : 29/03/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Dim 11 Nov 2007 - 0:06

Le chretien doit manifester l'amour anvers tous les humains , quelque soit sa race , sa religion , son etat d'esprit et sa haine
le chretien est misericordieux
le chretien à de la bonté
le chretien pratique la justice
Le chretien ne juge pas son prochain ,
Le chretien donne sa vie pour ses amis
En consequence
Citation :
« Revêtez-vous donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de longanimité, » (Colossiens 3:12)
« vous supportant l'un l'autre et vous pardonnant les uns aux autres, si l'un a un sujet de plainte contre un autre ; comme aussi le Christ vous a pardonné, vous aussi [faites] de même. » (Colossiens 3:13)
« Et par-dessus toutes ces choses, [revêtez-vous] de l'amour, qui est le lien de la perfection. » (Colossiens 3:14)

_________________
Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. ’ ” (Actes 20:35)
Revenir en haut Aller en bas
Patoune

avatar

Nombre de messages : 3313
Localisation : France
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Dim 11 Nov 2007 - 0:28

GG,

On ne peut dire tout ce qui nous passe par la tête. On doit mettre un baillon sur notre bouche, par exemple même avec son conjoint que l'on voit tous les jours, on doit avoir des égards dans nos paroles.
Une source ne peut faire jaillir de l'eau amère et de l'eau douce.
Et c'est par nos propres paroles que nous seront jugés.
Colossiens 4:6 > Que votre parole soit toujours accompagnée de charme, assaisonnée de sel, pour savoir comment vous devez répondre à chacun.
Je connais des gens qui ont l'esprit tellement vif qu'ils savent répondre du tac au tac. Mais c'est une qualité qui ne leur rend pas service à mon avis. Dieu merci, il m'a préservé de ça, sauf que j'ai d'autres défauts Sad

Bonne nuit GG dors bien
Revenir en haut Aller en bas
Gégé2
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 8590
Localisation : vosges
Date d'inscription : 29/03/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Dim 11 Nov 2007 - 1:28

Bonsoir Pat

Tu as raison , il faut que j'apprenne à me taire

Je ne vois pas quand est sorti l'amer de ma bouche

bonne soirée

_________________
Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. ’ ” (Actes 20:35)
Revenir en haut Aller en bas
Patoune

avatar

Nombre de messages : 3313
Localisation : France
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Dim 11 Nov 2007 - 7:33

Je ne pensais pas à toi en écrivant cela GG. Excuse moi. C'était ton commentaire qui m'a fait pensé à dire cela d'une manière générale suite à l'incendie d'hier. Mon message était mal formulé.
Et puis, je n'aurais jamais osé de te reprendre publiquement comme cela.
Bonne nuit !
Revenir en haut Aller en bas
Gégé2
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 8590
Localisation : vosges
Date d'inscription : 29/03/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Dim 11 Nov 2007 - 13:03

Ne t'excuses pas , je n'ai aucun problême ; tous ce qui s'ecrrit , je le prend pour moi et je me l'applique
affectueusement

_________________
Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. ’ ” (Actes 20:35)
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11247
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Mar 12 Mai 2009 - 14:12

Chers lecteurs,

ces derniers temps, nous parlons beaucoup de la "grande Apostasie" prédite dans 2Thessaloniciens 2. Je pense que c'est le moment de relire ou de lire ce fil de discussion sur la doctrine de "l'Humanisme".

Vous constaterez que surtout depuis "le siècle des lumières", des efforts constants et insistants sont faits pour remplacer Dieu par "l'homme déifié." Cela rappelle la doctrine du Serpent qui a déjà fait croire à Adam :
Citation :
... Dieu sait que le jour où vous en mangerez [du fruit de l'arbre défendu par Dieu], vos yeux s'ouvriront et vous serez comme des dieux ... - Genèse 3:4 TOB.
Bonne lecture et bonne méditation
Sincèrement
Nomade

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Mer 20 Mai 2009 - 16:07

de passage à l'invitation de Teo, en esperant des visites reciproques ...
L'humanisme apostasie ? Pourquoi ?
Parce que des agnostiques ou athées s'en reclament aussi ?

Le organisations humanitaires, les prestations sociales sont-elles anti-chretiennes ?

La plupart des organisations laïques me semblent plus généreuses que les organisations relgieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Gégé2
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 8590
Localisation : vosges
Date d'inscription : 29/03/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Mer 20 Mai 2009 - 16:29

Bonjour hector ,
Tu es le bienvenu sur ce forum , et j'esére que nous aurons des discussions constructives
Tu poses une questions importantes
Citation :
Le organisations humanitaires, les prestations sociales sont-elles anti-chretiennes ?
Certes pas ,dés lors que les mobiles sont bien de soulager les souffrances des humains qui vivent dans des conditions deplorables
Cependant ce que nous remarquons , c'est la multiplication des ONG qui souvent sont en concurence les unes par rapport aux autres ,elles servent souvent de vitrines à des organisations dont les but ne sont pas forcément humaniste .
Ce qui est important de savoir c'est : Qu'est ce que represente vraiment l'humanisme, quels sont ses buts ?
En tout les cas soulager les souffrances , n'est absolument pas anti- chretien, puisque les chretiens doivent manifester l'amour , rnvers tous même envers leurs ennemis ( Voir Jean 13 : 34 , 35 comparer avec Jacques 1 : 27 )
Et toi qu'en penses tu ?
Amicalement

_________________
Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. ’ ” (Actes 20:35)
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11247
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Mer 20 Mai 2009 - 17:45

Hello Hector et Gégé,
sur la page précédente
Nomade a écrit:
je pense qu'il ne faut pas confondre entre
- être un humaniste, c'est-à-dire un adepte d'une philisophie qui place les valeurs humaines au-dessus des valeurs divines
- et avoir un comportement humain, donc être sensible à la pitié, compatissant, compréhensif

Le contraire d'un comportement humain est qualifié d'inhumain, ce qui est souvent considéré comme diabolique ou démoniaque. Être inhumain c'est être cruel, impitoyable et manquer totalement de générosité.

Un [philosophe] humaniste peut donc être humain ou inhumain mais ceci est également vrai pour un chrétien comme pour un athée.

Revenons maintenant à la doctrine de l'humanisme que je considère comme incompatible avec le christianisme authentique puisqu'il met les valeurs de l'homme au-dessus des valeurs divines. Cette position philosophique n'est pas nouvelle puisque déjà le premier homme Adam a choisi délibérément de vivre selon ses propres valeurs humaines plutôt que d'accepter celles de Dieu. Il a eu beaucoup d'imitateurs depuis...
Je pense qu'il serait utile pour chaque lecteur de lire ce fil de discussion depuis le début. Les commentaires sont ensuite les bienvenus.

Cordialement
Nomade

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Mer 20 Mai 2009 - 17:50

Il n'y a donc aucun probleme normalement.
On oppose souvent humanisme et charité. Quelle différence ?
- L'humanisme est générateur de droits. Le bénéficiaire n'est donc ni dépendant, ni redevable. IL a des devoirs de payer ses impots, ses prestations sociales.
- La charité est souvent à la gloire du "charitable". Elle part souvent d'un bon sentiment mais dans le but d'être récupéré à fin de promotion ou de création de dépendance au profit de l'organisation ou de la personne.

Je dirais donc : oui à une charité silencieuse et anonyme. oui à l'humanisme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Mer 20 Mai 2009 - 17:58

nomade,
Les religieux voient en l'humanisme une doctrine qui entrerait en concurence avec la leur.
L'humanisme ne s'interesse pas à Dieu. dIEU n'a pas besoin de prestations humanitaires !!!!
MAis ne s'y oppose pas que je sache ! c'est simplement hors sujet et considéré inutile à la résolution du probleme traité ! C'est aussi le cas pour un probleme de math.
Qu'a à faire Dieu pour distribuer des sacs de riz ? Tu fais ta priere au lieu de decharger le camion ?

Citation :
Humanisme :Doctrine qui a pour l'objet l'épanouissement de l'homme
Mouvement des humanistes de la Renaissance, qui a remis en honneur les langues et les littératures anciennes
Philos. Position philosophique qui met l'homme et les valeurs humaines au-desus des autres valeurs
ca ne parle pas de Dieu, çà !
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11247
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Mer 20 Mai 2009 - 18:38

Hello Hector,
merci d'animer la discussion sur l'humanisme

Distribuer des sacs de riz est une action humanitaire. J'y participe tout en disant ma prière. Mr. Green

Par contre, la philosophie appelée "humanisme" ne peut pas être approuvée par un chrétien. En voici quelques raisons :
Citation :
L’humanisme est une vaste catégorie de philosophies portant sur l'éthique qui affirment la dignité et la valeur de tous les individus, fondée sur la capacité de déterminer le bien et le mal par le recours à des qualités humaines universelles, en particulier la rationalité. L'humanisme implique un engagement à la recherche de la vérité et de la moralité par l'intermédiaire des moyens humains, en particulier les sciences, en solidarité avec l'humanité. En mettant l'accent sur la capacité d'auto-détermination, l'humanisme rejette la validité des justifications transcendantes, comme une dépendance à l'égard de la croyance sans raison, du surnaturel, ou de textes présentés comme d'origine divine. Les humanistes supportent une morale universelle fondée sur la communauté de la condition humaine. L'humanisme est intégré comme composante dans une variété de systèmes philosophiques plus spécifiques et dans plusieurs écoles de pensée religieuse...

Les racines de l'humanisme moderne

Certains humanistes modernes voient dans l'humanisme de la Renaissance la prise de conscience d'un courant qui a des racines profondes non seulement dans le monde antique de l'Occident mais également en Asie. Confucius semble être l'un des premiers philosophes à exclure formellement le divin dans sa recherche de l'harmonie sociale : sa morale est complètement dépourvue de toute finalité métaphysique. De même, la version originale du Bouddhisme (selon le canon de Pali) comprend la notion d'âme mais pas celle de divinités et son but reste l'accomplissement de l'homme.
Dans l'Antiquité grecque, Protagoras, affirmant que « L'Homme est la mesure de toute chose », illustre le scepticisme antique à l'égard des divinités. Démocrite, avec son explication purement matérialiste de la nature, selon lui constituée de minuscules particules, élimine aussi les dieux de sa vision de la réalité du monde. Épicure non plus n'a pas besoin de dieux pour établir son éthique. En 431 av. J.-C., le stratège d'Athènes, Périclès, pour honorer les guerriers athéniens morts au combat lors de la Guerre du Péloponnèse, prononce une longue oraison funèbre dans laquelle n'est faite aucune mention aux dieux.

Critique sur l'humanisme
À la Renaissance, des humanistes ont été liés au développement de la kabbale et à l'ésotérisme, ce qui provoqua des controverses. Marin Mersenne est resté célèbre pour avoir dénoncé une secte philosophique qui réunissait Mirandole, Cornelius Agrippa et Francesco di Giorgio.
Au XXe siècle, le théologien catholique Henri de Lubac a écrit Le drame de l'humanisme athée : selon lui, l'humanisme athée exalte le libre-arbitre jusqu'à l'excès. Il dit que l'humanisme moderne constitue une forme nouvelle de pélagianisme, c'est-à-dire une religion humaniste privée de grâce.
Lubac croyait que l'orgueil de l'homme pour soi était la cause principale de l'athéisme moderne. Il écrivit que la doctrine humaniste athée conduisait immanquablement vers un manque d'humilité et un manque de charité.
Sur le plan éthique, les valeurs humanistes ont été critiquée par Pierre-André Taguieff comme étant prométhéennes. Selon lui, il déresponsabilise l'homme et encourage des pratiques douteuses comme l'eugénisme.
A l'échelle mondiale, certains aspects de l'humanisme philosophique, ainsi que la dénomination, ont été repris par le Mouvement Humaniste, fondé en 1969 par l'Argentin Mario Rodriguez Cobos. Les valeurs exprimées insistent sur la solidarité, la non-violence active, la non-discrimination, l'autogestion. En France, ce mouvement, dénommé désormais Parti humaniste, a été cité dans le Rapport parlementaire sur les sectes de décembre 1995.
Heidegger a critiqué l'humanisme à partir d'un questionnement qui se veut absolument radical dans sa fameuse "lettre sur l'humanisme" adressée à Jean Beauffret en 1946 : pour lui, l'humanisme ne pense pas de manière suffisante l'essence de l'Homme, restant à sa définition comme "animale rationale". En réalité, il s'agirait de penser celui-ci dans son rapport à l'Etre et par-là sortir de sa détermination métaphysique (celle-ci ayant en fin de compte mené à l'utilitarisme social, etc.). – Wikipédia.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Humanisme_chr%C3%A9tien
Le chrétien tient compte de l'avertissement suivant des Saintes Écritures:
Citation :
Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les principes élémentaires du monde, et non sur Christ. - Colossiens 2:8

Respectueusement
Nomade

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Jeu 21 Mai 2009 - 10:49

Nomade a écrit:

Par contre, la philosophie appelée "humanisme" ne peut pas être approuvée par un chrétien.
J'espere que tu admets que ceci n'engage que l'auteur du propos et non pas la chretienté entiere.
L'humanisme se fiche en effet de la chretienté et toute autre foi ... hors sujet.
Citation :
Distribuer des sacs de riz est une action humanitaire. J'y participe tout en disant ma prière.
où est le probleme alors ? les humanistes t'interdisent-ils de prier ?
Il ne s'oppose en rien au christianisme, mais manifestement au pouvoir des organisations religieuses, car, bien entendu dans la mesure où l'homme est garanti par des droits civils l'acces aux soins, à l'education, au logement social, ca entame les pouvoirs de ceux qui souhaitent maintenir en dépendance ces personnes.
Tel est la lutte depuis des secles !
Qaunt'à Colossiens 2:8 il s'applique parfaitement a ces attitudes religieuses.
Consideres-tu que l'action sociale soit une vaine tromperie ???

Peux-tu expliquer en quoi cette action sociale te perturbe ? Preferes-tu l'action sociale organisée par le Hamas à Gaza ?
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11247
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Jeu 21 Mai 2009 - 14:32

hector a écrit:
... Consideres-tu que l'action sociale soit une vaine tromperie ???
Peux-tu expliquer en quoi cette action sociale te perturbe ?
Bonjour hector,
j'espère qu'il ne s'agit que d'un malentendu dû à une interprétation différente des termes. Ce n'est pas sans raison que j'encourage de lire tout le sujet.

Les actions sociales sont louables, qu'elle viennent de gens croyants ou athées, des églises ou d'organismes laïques.
La parabole du "bon Samaritain" enseigne clairement que celui qui aime son prochain est celui qui lui vient vraiment en aide.
Qu'une action sociale puisse me perturber est une supposition sans fondement.

hector a écrit:
Preferes-tu l'action sociale organisée par le Hamas à Gaza ?
Là tu deviens franchement désagréable!
Une telle question est une attaque "ad hominem".
S c'est ton style de conversation habituel, tu ne trouveras pas beaucoup d'interlocuteurs ici.

À tous les lecteurs !
Pour éviter des malentendus, j'encourage chaque lecteur à tenir compte de la définition des mots-clé de ce fil de discussion :
Citation :
Humanitaire :
qui traite les hommes humainement, qui cherche leur bien : sentiments humanitaires.
Humainement :
Avec humanité, avec bonté.
Humain :
Sensible à la pitié, compatissant, compréhensif : se montrer humain envers ses semblables.

Humanisme :
Position philosophique qui met l'homme et les valeurs humaines au-dessus des autres valeurs. Doctrine qui a pour objet l'épanouissement de l'homme. Mouvement des humanistes de la Renaissance, qui a remis en honneur les langues et les littératures anciennes.
Humaniste :
Partisan de l'humanisme. Homme versé dans la connaissance des langues et des littératures anciennes.
- Larousse
Il est souhaitable que chaque participant à la discussion de ce fil tienne compte de ces définitions du Larousse pour éviter des malentendus.

Je rappelle le titre de ce fil de discussion :
L'humanisme, élément essentiel dans la vie d'un chrétien ?
À la lumière des définitions du Larousse, il devrait être évident pour chaque lecteur et participant que
L'humanisme n'est pas l'élément essentiel dans la vie d'un chrétien!
Au contraire, le chrétien se distance de "l'Humanisme" puisqu'il ne met pas les valeurs humaines au-dessus des valeurs divines.

Respectueusement
Nomade

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Gégé2
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 8590
Localisation : vosges
Date d'inscription : 29/03/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Jeu 21 Mai 2009 - 14:43

Bonjour hector ,

Il faut faire une difference entre chretienté et chretien , tout comme il me semble qu'il y à une difference entre humanisme , et action sociale
Les humaniste n'ayant pas le monopole de l'action sociale , qui sur le fond est un bienfait , mais ou le bät blesse , c'est que souvent l'action sociale est asservie au pouvoir en place
C'est d'ailleurs ce que tu fait remarquer avec les exemple que tu cites
Ce n'est pas l'actions sociale qui est perturbante , mais le fait qu'elle sert souvent de moyen de pression pour asservir les humains dependants.
Comme le dit Nomade , " l'humanisme" est une philosophie , pas un moyen de soulager les maux de l'humanité
Cependant chacun reste maître de se qu'il pense , celà n'engage personne d'autre que l'individu
Les Chretiens , suivent les enseignements de Jesus , pas celui des hommes, l'amour et le respect d'autrui fait partie de la panoplie du chretien, si chacun appliquait le principes ennoncées par le Christ , il n'y aurait pas de problêmes
Cordialement

_________________
Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. ’ ” (Actes 20:35)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Jeu 21 Mai 2009 - 15:12

nomade,
je ne vois pas trop ce que tu vois de blessant dans evoquer le Hamas.
Le hamas est une organisation politico-religieuse qui fait de l'action sociale dans la bande de Gaza dans le but d'enroler.
si tu vois ca comme une attaque ad-hominem, soit tu ne sais pas ce qu'est une attaque ad-hominem, soit tu as mis le curseur à un point qui risque rapidement de bloquer tout debat.
Citation :
Les actions sociales sont louables, qu'elle viennent de gens croyants ou athées, des églises ou d'organismes laïques.
Je pense que tu confonds les prestations sociales qui sont un droit du citoyen avec la charité.
Les prestations sociales(DROIT à l'education, aux soins aux pensions de vieillesse, etc..) sont le résultat de l'application d'idées humanistes et en effet sans la moindre reference a quelque croyance religieuse que ce soit. La charité procede d'un autre fonctionnement qui vise à mettre en avant le "charitable" ou sa doctrine. Le bénéficiare est souvent secondaire. Pour te taquiner, je t'invite à toi aussi lire ce que j'ai ecrit un plus haut sur la question.

Citation :
mais ou le bät blesse , c'est que souvent l'action sociale est asservie au pouvoir en place
là je ne vois pas ! a part le cas hamas cité ci-dessus ou lorsque les religieux partagent le pouvoir politique.
L'action sociale dans les democracies survit à tous les pouvoirs, non ?

J'ai beaucoup de peine à comprendre votre hostilité à l'humanisme.

Sur la définition du Larousse, je n'y vois rien de choquant non plus pour le chrétien. Je n'y lis rien qui mette en cause les croyances de chacun. En quoi l'epanouissement de l'homme s'oppose au christianisme, à la foi chretienne ?
J'ai l'impression qu'il s'agit là d'une vaine querelle, désolé !
Citation :
si chacun appliquait le principes ennoncées par le Christ , il n'y aurait pas de problêmes
C'est pourtant bien ce que revendiquent tous les chretiens ! on a vu le resultat !
Alors, si je ne partage pas les conclusions de nomade, suis-je dans le sujet, dans le ton ? a vous de dire. si mes interventions perturbent votre ligne editoriale et vos convictions bien arrêtées, je ne m'incrusterai pas.
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11247
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Jeu 21 Mai 2009 - 16:48

Nous avons exprimé chacun notre compréhension sur
- d'une part les actions humanitaires (auxquelles les chrétiens participent)
- d'autre part la philosophie de l'Humanisme (que les chrétiens ne partagent pas).
Chaque lecteur et participant peut tirer ses propres conclusions.

On a souvent entendu dire que Jésus et les premiers chrétiens auraient été les premiers communistes puisque ces derniers mettaient leurs biens en commun.
Les faits ont dévoilés que le mot "communisme" était trompeur car dans ce système, les dirigents n'ont pas mis leurs biens en commun avec le peuple mais l'exploitaient plutôt. Le journal des communistes de l'Union Soviétique appelé "Pravda" (vérité) disait-il vraiment la vérité aux lecteurs confiants ?
Cet exemple montre que "Communisme" et "Pravda (vérité") sont des mots ne correspondant pas à la réalité.

Le mot "Humanisme" fait penser beaucoup de gens à des qualités humaines - que beaucoup d'Humanistes ont certainement - mais en réalité, il s'agit d'une philosophie qui met les valeurs humaines au-dessus des valeurs divines, ce qu'un chrétien ne peut pas approuver.

Sincèrement
Nomade

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Jeu 21 Mai 2009 - 19:52

Dois-je comprendre que votre campagne est en fait un discours politique anti-communiste ?
Et qu'apres être passé de l'humanisme combattant les valeurs divines(ce qu'aucun humaniste ne revendique) vous en êtes à amalgamer humanisme et communisme !!!
Reduire l'humanisme à un rejet des valeurs divines est bien entendu bien tendancieux. Vous oubliez l'essentiel de votre définition : "l'épanouissement de l'homme" !

Etrange campagne et incomprehensible hostilité contre une "philosophie" en effet qui sur beaucoup de points rejoint ce que recommandait Jesus Christ.

Comme disait Jesus l'arbre se mesure à ses fruits. Et les fruits de l'humanisme sont en effet democracie, libertés individuelles, droits des femmes, prestations sociales, respect humain. Une maniere d'aimer son prochain. Bien plus en tout cas que les alliances des religieux avec les pouvoirs dictatoriaux.
Telle est une réalité evidente! et indiscutable Pourquoi elle ne vous convient pas ?
Au fait, refusez-vous toutes les prestations sociales, fruits de l'humanisme ???
Citation :
la philosophie de l'Humanisme (que les chrétiens ne partagent pas).
Je doute fort que vous soyez habilité à representer tous les chrétiens ! N'est-ce pas plus humble et raisonnable de presenter cela comme votre opinion personnelle ?
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11247
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Ven 22 Mai 2009 - 11:57

hector a écrit:
Dois-je comprendre que votre campagne est en fait un discours politique anti-communiste ??
Bonjour hector,
il ne s'agit ni d'une campagne ni d'un discours politique anti-communiste mais tout simplement d'une comparaison pour mettre en évidence que des mots ou étiquettes ne correspondent pas forcément à la réalité. Si j'achète une bouteille de Côte du Rhône, je m'attends à ce qu'il y ait du Côte du Rhône, si ce n'est pas le cas, j'en tire les conséquences.

hector a écrit:
Et qu'apres être passé de l'humanisme combattant les valeurs divines(ce qu'aucun humaniste ne revendique) vous en êtes à amalgamer humanisme et communisme !!!
Tu déformes mes paroles, j'espère qu'il s'agit d'un malentendu.
J'ai cité le Larousse selon lequel l'Humanisme est une
Citation :
Position philosophique qui met l'homme et les valeurs humaines au-dessus des autres valeurs
L'humaniste place donc les valeurs humaines au-dessus des valeurs divines. C'est son droit, c'est sa responsabilité. Je ne suis pas le juge des humanistes ni de personne d'autre.

hector a écrit:
Reduire l'humanisme à un rejet des valeurs divines est bien entendu bien tendancieux. Vous oubliez l'essentiel de votre définition : "l'épanouissement de l'homme" !
Si l'humaniste allait jusqu'à rejeter les valeurs divines, ce serait bien regrettable! Peut-être ne les connaît-il pas, ou peut-être ne les comprend-il pas, ne discernant ainsi pas leur valeur réellle ? Je répète que selon la définition, l'humaniste " met l'homme et les valeurs humaines au-dessus des autres valeurs" Donc un chrétien ne peut pas être d'accord sur ce point !
Quant à "l'épanouissement de l'homme" il s'agit d'un objectif souhaitable et noble que Dieu lui-même a à coeur, donc également le chrétien.
Mais rechercher "l'épanouissment de l'homme" sans tenir compte des valeurs divines est voué à l'échec comme en témoigne l'histoire de l'homme.

hector a écrit:
Etrange campagne et incomprehensible hostilité contre une "philosophie" en effet qui sur beaucoup de points rejoint ce que recommandait Jesus Christ.
Comme disait Jesus l'arbre se mesure à ses fruits. Et les fruits de l'humanisme sont en effet democracie, libertés individuelles, droits des femmes, prestations sociales, respect humain. Une maniere d'aimer son prochain. Bien plus en tout cas que les alliances des religieux avec les pouvoirs dictatoriaux.
Telle est une réalité evidente! et indiscutable Pourquoi elle ne vous convient pas ?
Au fait, refusez-vous toutes les prestations sociales, fruits de l'humanisme ???
Il n'y ni campagne ni hostilité contre la philosophie de l'Humanisme mais tout simplement une indication en quoi cette philosophie a un manque : c'est de placer les valeurs humaines au-dessus des valeurs divines. C'est tout !

hector a écrit:
Citation :
la philosophie de l'Humanisme (que les chrétiens ne partagent pas).
Je doute fort que vous soyez habilité à representer tous les chrétiens ! N'est-ce pas plus humble et raisonnable de presenter cela comme votre opinion personnelle ?
J'espère que le fait de supposer que je sois "habilité à représenter tous les chrétiens" est un malentendu et pas une provocation intentionnelle. Je n'ai jamais fait autre chose sur le forum que d'exprimer mon opinion personnelle.
Si je dis que le chrétien ne partage pas la philosophie de l'Humanisme qui met les valeurs humaines au-dessus des valeurs divines, n'est-ce pas évident ? Ou penses-tu qu'un chrétien est encore un chrétien s'il met les valeurs humaines au-dessus des valeurs divines et s'il met l'homme au-dessus de Dieu?

Respectueusement
Nomade

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Gégé2
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 8590
Localisation : vosges
Date d'inscription : 29/03/2006

MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   Ven 22 Mai 2009 - 12:38

hector bonjour ,
Tu ecris

Citation :
Etrange campagne et incomprehensible hostilité contre une "philosophie" en effet qui sur beaucoup de points rejoint ce que recommandait Jesus Christ
Personnellement , je fait une difference entre partager les vues du patron , et prende la place du patron
Ceci pour dire , que beaucoup de philosophies se rejoignent sur bien de points , ce n'est pas pour celà qu'elles sont en accords sur tout
Ce qui est vraiment important , c'est ce que nous faisons , le discours peut être beau , mais son application et les moyen de son application tout autre
Ici , chacun prend ses responsabilités ,et ce qui est dit par une personne , n'engage qu'elle même , nous avons donc la possibilité d'adhere ou pas au declaration des autres , mais celà doit toujours se faire dans le respect de la personne
Maintenant pour ce qui est de l'humanisme , comme dit plus haut et tu le reconnais c'est une philosophie , et comme toute philosophie , elle à ses defenseur et ses adharents ,
Aujourd hui la majorité des humains se disent humanistes , mais la realaité est tout autre , les fait demontre que les principes de cette philosophie sont battu en breche , il suffit pout comprendre celà , d'ouvrir les yeux et de regarder sans partialité ce qui se passe autour de nous .
C'est un constat , pas une querelle !
De plus , je ne puis adherer au fait que l'hpomme serait superieur à Dieu , ce serait renier mes conviction et ma foi chretiennes
respectueusement

_________________
Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. ’ ” (Actes 20:35)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La philosophie de l'humanisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
La philosophie de l'humanisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La philosophie de l'humanisme
» Comprendre l'humanisme
» Philosophie en séries
» L'HUMANISME c'est quoi pour vous?
» genèse de la philosophie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Liberté Chrétienne :: De tout et de rien :: La philosophie de l'humanisme-
Sauter vers: