La Liberté Chrétienne

Forum d'aide, de recherche et collaboration pour une meilleure compréhension des écritures
 
Site WebSite Web  AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Jean Chapitre 18

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Jean Chapitre 18   Mar 30 Oct 2012 - 10:29

L'ARRESTATION DE JÉSUS (versets 1 à 11)

18: 1 Lorsqu'il eut dit ces choses, Jésus alla avec ses disciples de l'autre côté du torrent du Cédron, où se trouvait un jardin, dans lequel il entra, lui et ses disciples.

18: 2 Judas, qui le livrait, connaissait ce lieu, parce que Jésus et ses disciples s'y étaient souvent réunis.

18: 3 Judas donc, ayant pris la cohorte, et des huissiers qu'envoyèrent les principaux sacrificateurs et les pharisiens, vint là avec des lanternes, des flambeaux et des armes.

18: 4 Jésus, sachant tout ce qui devait lui arriver, s'avança, et leur dit: Qui cherchez-vous?

18: 5 Ils lui répondirent: Jésus de Nazareth. Jésus leur dit: C'est moi. Et Judas, qui le livrait, était avec eux.

18: 6 Lorsque Jésus leur eut dit: C'est moi, ils reculèrent et tombèrent par terre.

18: 7 Il leur demanda de nouveau: Qui cherchez-vous? Et ils dirent: Jésus de Nazareth.

18: 8 Jésus répondit: Je vous ai dit que c'est moi. Si donc c'est moi que vous cherchez, laissez aller ceux-ci.

18: 9 Il dit cela, afin que s'accomplît la parole qu'il avait dite: Je n'ai perdu aucun de ceux que tu m'as donnés.

18: 10 Simon Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui coupa l'oreille droite. Ce serviteur s'appelait Malchus.

18: 11 Jésus dit à Pierre: Remets ton épée dans le fourreau. Ne boirai-je pas la coupe que le Père m'a donnée à boire?



Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Mar 30 Oct 2012 - 12:59

18: 1 Lorsqu'il eut dit ces choses, Jésus alla avec ses disciples de l'autre côté du torrent du Cédron, où se trouvait un jardin, dans lequel il entra, lui et ses disciples.

Puisque Jean a écrit son Évangile après Matthieu, Marc et Luc, il savait ce que ceux-ci avaient rapporté et pouvait donc insérer dans son récit des évènements que les autres n'avaient pas mentionnés. Ce fût notamment le cas pour les détails de cette dernière soirée mémorable que Jésus passa avec ses apôtres avant d'être livré et exécuté. Jean ne mentionna pas le déroulement du Repas du Seigneur que Jésus instaura le soir-là, par contre il donna d'abondants détails sur la discussion édifiante que Jésus eut avec ses apôtres fidèles après le départ de Judas.

Après avoir prononcé la prière que nous venons d'examiner dans le chapitre 17, Jésus et ses disciples quittent la chambre haute où ils avaient pris ensemble le repas du soir et se rendent maintenant dans un jardin situé à l'Est de Jérusalem, de l'autre côté du Cédron, un torrent qui coulait entre l'extérieur des murs de la ville et le Mont des Olivers. L'endroit où ils se rendent est le jardin de Gethémané, nom qui signifie "Pressoir à huile".

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Mer 31 Oct 2012 - 14:07

18: 2 Judas, qui le livrait, connaissait ce lieu, parce que Jésus et ses disciples s'y étaient souvent réunis.
18: 3 Judas donc, ayant pris la cohorte, et des huissiers qu'envoyèrent les principaux sacrificateurs et les pharisiens, vint là avec des lanternes, des flambeaux et des armes.


Jésus savait qu'il devait mourir d'une mort sacrificielle le lendemain au cours du 14 nisan. Il savait aussi que Judas était parti plus tôt dans le soirée pour le livrer. Il aurait été facile d'échapper à l'arrestation à laquelle il s'attendait en se rendant - contrairement à son habitude connue de Judas - dans un autre endroit pour passer la nuit. Mais Jésus se comporta comme un agneau qu'on mène à l'abattoir.

Judas conduisit la cohorte des soldats romains stationnées dans la forteresse de la ville. Une cohorte comportait 600 hommes. Le commandant lui-même était à la tête d'une partie de cette cohorte, le reste des hommes gardant la forteresse (verset 12). En plus des soldats romains, il y avait encore la police du temple sous les ordres de leurs "huissiers" envoyés par les principaux sacrificateurs et les pharisiens du Sanédrin). Pourquoi tant de monde pour arrêter un seul homme entouré de quelques disciples? Il ne faut pas oublier que c'était l'époque de la Paque et qu'il y avait donc beaucoup de monde à Jérusalem. L'arrestation de Jésus,que beaucoup avaient acclamés comme Messie lorsqu'il entra en ville, risquait fort de provoquer un soulèvement. On prenait donc des précautions.

Le texte précise que l'on venait avec des lanternes et des flambeaux ou torches. C'était la pleine lune mais il n'était pas certain que la lumière de la lune suffirait à arrêter Jésus que Judas leur monterait, surtout si Jésus fuirait et se cacherait dans la nuit - mais Jésus n'avait pas l'intention de se soustraire à son arrestation.

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Jeu 1 Nov 2012 - 15:08

18: 4 Jésus, sachant tout ce qui devait lui arriver, s'avança, et leur dit: Qui cherchez-vous?
18: 5 Ils lui répondirent: Jésus de Nazareth. Jésus leur dit: C'est moi. Et Judas, qui le livrait, était avec eux.


Le récit de Jean omet le baiser de Judas pour indiquer aux soldats celui qu'ils sont venus arrêter. Mais Jésus prend maintenant les choses lui-même en mains afin qu'il soit établi ouvertement qu'il est celui qu'ils cherchent. À la question de Jésus, ils répondent avec précision qui ils cherchent en disant : "Jésus de Nazareth". C'était sous ce nom qu'il était connu des autorités et c'est ce qui sera d'ailleurs écrit sur l'écriteau qui sera fixé au-dessus de sa tête lors de son exécution.

Jésus répond sans hésiter de manière audible à tous : "C'est moi." Ce faisant, il démontre clairement qu'il va s'offrir volontairement en sacrifice pour l'humanité et que ce sacrifice ne se fera pas "grâce à Judas".

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Jeu 1 Nov 2012 - 18:57

18: 3 Judas donc, ayant pris la cohorte, et des huissiers qu'envoyèrent les principaux sacrificateurs et les pharisiens, vint là avec des lanternes, des flambeaux et des armes.

18: 4 Jésus, sachant tout ce qui devait lui arriver, s'avança, et leur dit: Qui cherchez-vous?

18: 5 Ils lui répondirent: Jésus de Nazareth. Jésus leur dit: C'est moi. Et Judas, qui le livrait, était avec eux.

18: 6 Lorsque Jésus leur eut dit: C'est moi, ils reculèrent et tombèrent par terre.


Pour bien se représenter la forme inquiétante qu'a du susciter l'intervention de Judas et de sa suite, nous devons nous imaginer le caractère impressionnant de l'arrivée de tous ces gens venus arrêter Jésus.

Jean nous parle d'une cohorte. Cette cohorte rappelons le, était composée non de juifs mais de soldats romains.
Selon la définition du dictionnaire une cohorte était composée de 600 hommes soit le dixième d'une légion romaine.

Les ennemis de Jésus l’avaient demandée au gouverneur, pour pouvoir s’emparer au nom de l'autorité légitime, de l'homme, Jésus de Nazareth.
Cette foule si nombreuse, et bien armée était dans l'esprit des principaux sacrificateurs et des pharisiens, jugée nécessaire pour effrayer et au besoin être capable de repousser quiconque oserait prendre la défense de Jésus.
Pour mettre toutes les chances de leur côté et par crainte que Jésus ne leur échappe, ils portaient avec eux des lanternes, et des flambeaux.

Quand on sait le nombre de fois que ces religieux avaient envoyé des gens pour se saisir de Jésus, sans qu’ils aient pu s’emparer de sa personne, le récit apporte ici, la preuve évidente que Jésus se livrait volontairement entre leurs mains. Jésus, sachant tout ce qui devait lui arriver, s'avança, et leur dit: "Qui cherchez-vous"?

Il leur posa cette question, non pour connaître leurs desseins, puisqu’il savait parfaitement ce qui devait lui arriver, mais pour que l'unique raison de ce déploiement de forces soit clairement énoncé et que ses disciples qui l'accompagnaient puissent être écartés de toute arrestation. "Ils lui répondirent: Jésus de Nazareth".

Très certainement que Jésus voulut cette situation afin de leur montrer que sans sa permission, non-seulement ils ne pouvaient pas se saisir de sa personne, mais qu’ils étaient incapables de le reconnaître bien qu'il fût présent au milieu d’eux, d’où cette réponse : Jésus leur dit: "C'est moi".

Lorsque Jésus leur eut dit: "C'est moi", ils reculèrent et tombèrent par terre Surpris par cette réponse franche et directe, un mouvement de recul s'empara des premiers rangs de la cohorte au point qu'un certain nombre de ceux qui les suivait se trouvèrent déséquilibrés et tombèrent par terre.
Une seule parole, sans qu’il fût besoin d’aucune arme, a suffi pour déstabiliser et jeter à terre une bonne partie de cette troupe nombreuse, armée et déterminée dans l'accomplissement de la mission qui lui avait été confiée.

Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Ven 2 Nov 2012 - 12:07

18: 7 Il leur demanda de nouveau: Qui cherchez-vous? Et ils dirent: Jésus de Nazareth.
18: 8 Jésus répondit: Je vous ai dit que c'est moi. Si donc c'est moi que vous cherchez, laissez aller ceux-ci.
18: 9 Il dit cela, afin que s'accomplît la parole qu'il avait dite: Je n'ai perdu aucun de ceux que tu m'as donnés.


Bien que Jésus se soit une première fois, identifié comme étant bien celui qu'ils recherchaient, il va dans un souci de protéger les siens de toute arrestation, réitérer la question : "Qui cherchez-vous"? La réponse, Jésus le sait, révèlera l'unique raison de ce déploiement d'hommes armés.

La réponse est on ne peut plus claire : Et ils dirent: "Jésus de Nazareth" Cette réponse précise sans ambigüité, qu'il est Lui, Jésus, la seule personne qu'ils ont pour mission d'arrêter.

A cela Jésus répondit: "Je vous ai dit que c'est moi". Par ces paroles, Jésus se livre de lui-même aux mains de ces détracteurs et apporte en ces derniers moments de liberté, une preuve supplémentaire de l'Amour qu'il a pour ses disciples "Si donc c'est moi que vous cherchez, laissez aller ceux-ci".

Cette noble intention dépeint indéniablement Jésus, comme étant le véritable et bon berger, celui qui veille sur ses brebis et rappelle ce témoignage qu'il avait donné à ses disciples.
Citation :
Celui qui n’est pas le berger, qui n’est pas le propriétaire des brebis, mais que l’on paye pour les garder, se sauve, lui, dès qu’il voit venir le loup, et il abandonne les brebis; (..).(..) Je donne ma vie pour mes brebis. (Jean 10:12,15)
Pour avoir pris leur défense, son souhait, sera réalisé et permettra à ses disciples, de conserver leur liberté de mouvements.
Il dit cela, afin que s'accomplît la parole qu'il avait dite: Je n'ai perdu aucun de ceux que tu m'as donnés.

Ce fut une nouvelle fois, l'accomplissement des paroles qu'il adressa, peu de temps avant, à son Père:
Citation :
Lorsque j'étais avec eux [dans le monde], je les gardais en ton nom. J'ai protégé ceux que tu m'as donnés et aucun d'eux ne s'est perdu, à part le fils de perdition afin que l'Ecriture soit accomplie. (Jean 17:12)


Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Sam 3 Nov 2012 - 12:54

18: 10 Simon Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui coupa l'oreille droite. Ce serviteur s'appelait Malchus.
18: 11 Jésus dit à Pierre: Remets ton épée dans le fourreau. Ne boirai-je pas la coupe que le Père m'a donnée à boire?


Rempli certainement de confiance dans ce que Jésus venait de demander à leur sujet, et profitant de l'effet de surprise, et de ce qui s'en suivit (Jean 18:6) Pierre dans un élan impétueux prit son épée, la tira, et frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui coupa l'oreille droite.

Dans l'esprit de Pierre, l'instant était tout désigné, pour prendre la défense de son Maître contre ceux qui étaient venus pour se saisir de Lui.
Le premier à en faire " les frais", fut cet homme que seul, l’Évangéliste Jean donne le nom et identifie comme étant le serviteur du grand-prêtre.
Ce serviteur s'appelait Malchus.

Pour Jésus, le moment était venu de laisser le cours de l'histoire se poursuivre sans violence.
Il désapprouva donc l'action téméraire de son disciple, et lui défendit d'aller plus loin : Jésus dit à Pierre: "Remets ton épée dans le fourreau".
Les raisons de cette désapprobation nous sera connue un peu plus loin, lorsque Jésus déclara à Pilate:
Citation :
"Mon royaume n'est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne sois pas livré aux Juifs; mais en réalité, mon royaume n'est pas d'ici-bas". (Jean 18:36)

Petite parenthèse, si l'on désire connaître plus en détails la réprimande que Jésus adressa à Pierre, nous nous tournerons vers l’Évangéliste Matthieu chapitre 26 les versets 52 à 54.

Revenons au récit de Jean, où Jésus donne à Pierre la raison de sa désapprobation : Ne boirai-je pas la coupe que le Père m'a donnée à boire? Ces paroles apportent la preuve s'il en était besoin, que ce qui arrivait et allait se poursuivre ne devait pas être attribué à la force, ni à la puissance de ses ennemis, mais à sa seule permission.
Démontrant ainsi, une énième fois, qu'il était et demeurait obéissant à son Père jusqu'à la mort.

Autre point à garder à l'esprit, L’Évangéliste Luc est le seul à nous rapporter ce détail important:
Citation :
Et l'un d'eux frappa le serviteur du grand-prêtre et lui emporta l'oreille droite. Mais Jésus prit la parole et dit: «Laissez faire, arrêtez!» Puis il toucha l'oreille de cet homme et le guérit. (Luc 22:50-51)
Cette guérison miraculeuse de Malchus explique en partie, pourquoi Pierre ne fut pas inquiété ni accusé de rébellion envers l'autorité en place, en l'occurrence Rome.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Dim 4 Nov 2012 - 11:25

JÉSUS EST SAISI ET EST CONDUIT CHEZ ANNE ET CHEZ CAIPHE
AU COURS DE CES COMPARUTIONS: LE RENIEMENT DE PIERRE
(versets 12 à 27)
18: 12 La cohorte, le tribun, et les huissiers des Juifs, se saisirent alors de Jésus, et le lièrent.

18: 13 Ils l'emmenèrent d'abord chez Anne; car il était le beau-père de Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là.

18: 14 Et Caïphe était celui qui avait donné ce conseil aux Juifs: Il est avantageux qu'un seul homme meure pour le peuple.

18: 15 Simon Pierre, avec un autre disciple, suivait Jésus. Ce disciple était connu du souverain sacrificateur, et il entra avec Jésus dans la cour du souverain sacrificateur;

18: 16 mais Pierre resta dehors près de la porte. L'autre disciple, qui était connu du souverain sacrificateur, sortit, parla à la portière, et fit entrer Pierre.

18: 17 Alors la servante, la portière, dit à Pierre: Toi aussi, n'es-tu pas des disciples de cet homme? Il dit: Je n'en suis point.

18: 18 Les serviteurs et les huissiers, qui étaient là, avaient allumé un brasier, car il faisait froid, et ils se chauffaient. Pierre se tenait avec eux, et se chauffait.

18: 19 Le souverain sacrificateur interrogea Jésus sur ses disciples et sur sa doctrine.

18: 20 Jésus lui répondit: J'ai parlé ouvertement au monde; j'ai toujours enseigné dans la synagogue et dans le temple, où tous les Juifs s'assemblent, et je n'ai rien dit en secret.

18: 21 Pourquoi m'interroges-tu? Interroge sur ce que je leur ai dit ceux qui m'ont entendu; voici, ceux-là savent ce que j'ai dit.

18: 22 A ces mots, un des huissiers, qui se trouvait là, donna un soufflet à Jésus, en disant: Est-ce ainsi que tu réponds au souverain sacrificateur?

18: 23 Jésus lui dit: Si j'ai mal parlé, fais voir ce que j'ai dit de mal; et si j'ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu?

18: 24 Anne l'envoya lié à Caïphe, le souverain sacrificateur.

18: 25 Simon Pierre était là, et se chauffait. On lui dit: Toi aussi, n'es-tu pas de ses disciples? Il le nia, et dit: Je n'en suis point.

18: 26 Un des serviteurs du souverain sacrificateur, parent de celui à qui Pierre avait coupé l'oreille, dit: Ne t'ai-je pas vu avec lui dans le jardin?

18: 27 Pierre le nia de nouveau. Et aussitôt le coq chanta.


Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Lun 5 Nov 2012 - 13:24

18: 12 La cohorte, le tribun, et les huissiers des Juifs, se saisirent alors de Jésus, et le lièrent.

Maintes fois, les ennemis de Jésus n'avaient rien pu faire contre lui car, comme dit le récit des Évangiles, "...son heure n'était pas encore venue."

Selon le récit de Matthieu, Jésus dit à Pierre après que celui-ci eut tenté de le protéger avec son épée :
Citation :
Penses-tu que je ne puisse pas faire appel à mon Père, qui me donnerait à l'instant plus de douze légions d'anges? Comment donc s'accompliraient les Ecritures, d'après lesquelles cela doit se passer ainsi?» A ce moment, Jésus dit à la foule: «Vous êtes venus vous emparer de moi avec des épées et des bâtons, comme pour un brigand. J'étais tous les jours assis [parmi vous], enseignant dans le temple, et vous ne m'avez pas arrêté. Mais tout ceci est arrivé, afin que les écritures des prophètes soient accomplies. Alors tous les disciples l'abandonnèrent et s'enfuirent. (Matthieu 26:53-56)
Jésus était lié et livré entre les mains de ses opposants. Maintenant son heure était venue.


_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Lun 5 Nov 2012 - 18:37

18: 12 La cohorte, le tribun, et les huissiers des Juifs, se saisirent alors de Jésus, et le lièrent.
18: 13 Ils l'emmenèrent d'abord chez Anne; car il était le beau-père de Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là.


Après que les ennemis de Jésus, se furent rendus maîtres de sa personne par la trahison de Judas, l’Évangéliste Jean, pour montrer que ce traître n’avait pas agi dans un but louable, mais bien dans une intention criminelle, ajouta : "Ils l'emmenèrent d'abord chez Anne".

Anne était et demeurait un homme influent du fait qu'il avait été lui-même, souverain sacrificateur et qu'il était de surcroit le beau-père de Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là.

Concernant Anne, seul l'évangéliste Jean le mentionne comme étant la première personne à qui Jésus fut présenté.
Les Évangélistes Marc (14:53) et Luc (22:54) n'en font pas état et ne précise pas d'avantage le nom du souverain sacrificateur.
L’Évangéliste Matthieu ne fait pas non plus mention de Anne mais précise le nom du souverain sacrificateur (26:57).

Ces omissions, ces détails sont ils révélateurs de quelque chose d'important?
A priori, non! Car il se pourrait que la maison de Anne ait été située sur le même chemin qui conduisait à la demeure de Caïphe et qu'il aurait été difficile de l'ignorer.
Par ailleurs, étant le beau père de Caïphe et sachant toute l'influence dont il disposait encore, ceux qui avaient saisi Jésus ne voulurent certainement pas courir le risque de "blesser" sa susceptibilité en le tenant à l'écart du trophée de leur victoire.

Quelles qu'aient été leurs motivations, de présenter d'abord Jésus à Anne, la seule chose que nous devrions retenir, c'est qu'il ne s'est rien passé, ni dit d'important chez Anne, susceptible d'être rapporté chez les quatre Évangélistes.

Comme nous le verrons, l'interrogatoire auquel fut soumis Jésus se passa chez Caïphe et non chez Anne.
Revenir en haut Aller en bas
Gégé2
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 8613
Localisation : vosges
Date d'inscription : 29/03/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Mar 6 Nov 2012 - 12:17

Lien concernant le rôle , l'histoire et la succession des souverains sacrificateurs
http://creationwiki.org/fr/Souverain_sacrificateur#Pouvoirs_et_devoirs

Ce qui étonne, c'est que l'on ait amené Jesus à "Anne " alors que le souverain sacrificateur était Caïphe son Gendre , il apparait que ces prêtres en chef n'étaient pas légitimes , ni en accord avec la loi , le souverain sacrificateur était en fonction jusqu'a sa mort ce qui ressort de la loi sur les meurtriers involontaires qui ne pouvaient quitter les villes de refuge tant que le grand prêtre etait en vie ;. (Voir Nombres 35 : 6,11,12, 15,22;25) il ne pouvait y avoir deux grands prêtres en même temps , à moins que le grand prêtre sot démis de ses fonctions par le roi,à l'époque d'Hérode , c'est lui qui nommait les souverains sacrificateurs , alors que lui -même n'était pas le roi légitime .

Ce qui ressort de l'arrestation de Jésus , c'est que ceux qui vinrent l'arrêter étaient nombreux. Jean souligne ce fait en nommant ceux qui le saisirent et le lièrent comme un criminel dangereux ; Jésus fut d'abord amené chez Anne , la raison en est qu'il était influent et qu'il était le beau-père de Caïphe le grand prêtre en exercice. Cette situation met en lumière une certaine confusion parmi les dirigeants juifs , eux-mêmes soumis à l'autorité de Hérode qui etait le vassal des romains . ce qui devient explicite selon le livres des actes
Citation :
c'est toi qui as dit [par le Saint-Esprit,] par la bouche de [notre père,] ton serviteur David: Pourquoi cette agitation parmi les nations et ces préoccupations dépourvues de sens parmi les peuples? (Actes 4:25) Les rois de la terre se sont soulevés et les chefs se sont ligués ensemble contre le Seigneur et contre celui qu'il a désigné par onction. (Actes 4:26) Il est bien vrai qu'Hérode et Ponce Pilate se sont ligués [dans cette ville] avec les nations et les peuples d'Israël contre ton saint serviteur Jésus, que tu as consacré par onction; (Actes 4:27) ils ont accompli tout ce que ta main et ta volonté avaient décidé d'avance. (Actes 4:28)


Ainsi ce qui se produisit à ce moment là etait ce qui avait eté prédit dans le Psaume 2

_________________
Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. ’ ” (Actes 20:35)
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Mar 6 Nov 2012 - 15:33

18: 14 Et Caïphe était celui qui avait donné ce conseil aux Juifs: Il est avantageux qu'un seul homme meure pour le peuple.

On peut avoir un bref aperçu de qui était Caïphe, en se rendant (entre autre) sur le site de Wikipedia
Spoiler:
 
Ce passage est assez révélateur sur ce qui fut décidé par les principaux sacrificateurs et les pharisiens lors de l'assemblée du sanhédrin.(Jean 11:47)

Cette assemblée fut formée, pour convenir de ce qui était possible d'entreprendre, pour l'éradication de l'homme Jésus.
En effet ses très nombreux miracles : Guérison d'un malade depuis 38 ans (Jean 5: 1-16) Multiplication des pains (Jean 6: 1-15) Guérison d'un aveugle né (Jean 9: 1-37) Résurrection de Lazare (Jean 11:1-44) etc. etc. leur faisaient perdre de leur superbe et leur autorité s'en ressentait, au point que beaucoup s'inquiétaient.
Citation :

Alors les chefs des prêtres et les pharisiens rassemblèrent le sanhédrin et dirent: «Qu'allons-nous faire? En effet, cet homme fait beaucoup de signes miraculeux. Si nous le laissons faire, tous croiront en lui et les Romains viendront détruire et notre ville et notre nation.» (Jean 11:47-48).

Il était donc pressant, qu'une décision définitive et radicale soit prise.

Et cette décision fut prise et prononcée par Caïphe lui-même.
Citation :
L'un d'eux, Caïphe, qui était grand-prêtre cette année-là, leur dit: "Vous n'y comprenez rien; (Jean 11:49) vous ne réfléchissez pas qu'il est dans notre intérêt qu'un seul homme meure pour le peuple et que la nation tout entière ne disparaisse pas".
Or il ne dit pas cela de lui-même, mais comme il était grand-prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation. (Jean 11:49-51)

Ayant gardé à l'esprit les déclarations de Caïphe et étant bien d'accord avec celles ci, Il restait à tous ces religieux qui accompagnaient la cohorte romaine, de mettre en application leur intention criminelle et condamnable, de conduire leur prisonnier Jésus, devant Caïphe, car pour avoir entendu Caïphe s'exprimer ils le savaient condamné d'avance à une mort certaine


Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Mer 7 Nov 2012 - 20:53

18: 15 Simon Pierre, avec un autre disciple, suivait Jésus. Ce disciple était connu du souverain sacrificateur, et il entra avec Jésus dans la cour du souverain sacrificateur;
18: 16 mais Pierre resta dehors près de la porte. L'autre disciple, qui était connu du souverain sacrificateur, sortit, parla à la portière, et fit entrer Pierre.


L’Évangile de Jean, encore une fois nous rapporte l'arrestation de Jésus avec le soucis du détail : Simon Pierre, avec un autre disciple, suivait Jésus.
Oui Simon Pierre les suivait, mais s'arrêta à la porte qui donnait accès à la cour du souverain sacrificateur, tandis que l'autre disciple qui l'accompagnait, entra avec Jésus dans la cour du souverain sacrificateur.
Qui pouvait donc bien être cet autre disciple qui accompagnait Simon Pierre ?

Peut être que cet évènement rapporté dans les Écritures peut nous aider à le désigner.
Reportons nous au moment, où la trahison de Judas fut dévoilée par Jésus (Jean 13:18-22).
Les Écritures nous rapportent, que tous les disciples se regardaient les uns les autres ne sachant de qui Jésus parlait, puis vint ce détail :
Citation :
Un des disciples, celui que Jésus aimait, était à table à côté de Jésus. Simon Pierre lui fit donc signe de demander qui était celui dont parlait Jésus. (Jean 13:23-24)
Ce disciple qui accompagnait Pierre et Jésus ne peut être que l'Apôtre Jean lui-même, celui que "Jésus aimait"

S'il s'agit de l'Apôtre Jean, il est aussi le frère de l'Apôtre Jacques, et sont tous deux les fils de Zébédée qui était pécheur.
Citation :
Il alla plus loin et vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans une barque avec leur père Zébédée et qui réparaient leurs filets. Il les appela, et aussitôt ils laissèrent la barque et leur père et le suivirent. (Matthieu 4:21-22)
Il y a cet autre passage des Écritures qui nous apporte cette autre précision:
Citation :
Il alla un peu plus loin et vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient eux aussi dans une barque et réparaient les filets. (Marc 1:19) Aussitôt, il les appela; ils laissèrent leur père Zébédée dans la barque avec les ouvriers et le suivirent. (Marc 1:19-20)
Zébédée devait outre qu'il soit pécheur, disposer d'une certaine aisance pour pouvoir employer des ouvriers, et cette condition de pécheur et d'homme aisé, lui a peut être permis d'établir quelques relations avec la maison du souverain sacrificateur, ce qui expliquerait la relative facilité avec laquelle: Jean entra avec Jésus dans la cour du souverain sacrificateur.

Cette supposition est appuyée par le fait que l'autre disciple en l'occurrence Jean, était connu du souverain sacrificateur. Ce qui lui permit d'obtenir la permission de la portière de faire entrer Pierre qui était resté dehors près de la porte.

Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Jeu 8 Nov 2012 - 20:50

18: 17 Alors la servante, la portière, dit à Pierre: Toi aussi, n'es-tu pas des disciples de cet homme? Il dit: Je n'en suis point.
18: 18 Les serviteurs et les huissiers, qui étaient là, avaient allumé un brasier, car il faisait froid, et ils se chauffaient. Pierre se tenait avec eux, et se chauffait.

Il est certain que cette servante, qui faisait office de portière, avait déjà vu Pierre en compagnie des autres disciples accompagnant Jésus.
Bien qu'elle n'ait été capable de nommer son nom, la physionomie de Pierre ne lui était pas étrangère, et l'ensemble de ses impressions l'amenèrent à lui poser cette question : "Toi aussi, n'es-tu pas des disciples de cet homme"?
La réponse de Pierre : "Je n'en suis point", cette réponse est le point de départ à ce qui le conduira à son reniement annoncé par Jésus. (Jean 13:38)

Après avoir répondu à cette servante, Pierre pénétra d'avantage dans la cour où Les serviteurs et les huissiers, qui étaient là, avaient allumé un brasier, car il faisait froid, et ils se chauffaient.
Certainement que Pierre appréhendait d'être reconnu de ces hommes, comme étant celui qui était avec Jésus lors de son arrestation. Il se disait intérieurement : "peut être que l'éclairage d'alors, des lanternes et des flambeaux n'avaient peut être pas été suffisant pour révéler mes traits".
Mais cette crainte, cette peur d'être reconnu, Pierre avait certainement du mal à les contenir, d'autant qu'il se rappelait le coup d'épée qu'il avait porté à Malchus, le serviteur du souverain sacrificateur. Tous ces souvenirs le perturbaient assez bien mais insuffisamment pour se tenir à l'écart de ces personnes qui se tenaient autour du brasier, puisqu'il nous est dit: Pierre se tenait avec eux, et se chauffait.

Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Ven 9 Nov 2012 - 15:42

18: 19 Le souverain sacrificateur interrogea Jésus sur ses disciples et sur sa doctrine.

Le but poursuivi est évident : trouver dans les paroles mêmes de Jésus des preuves que son enseignement est hérétique et qu’il entraîne des disciples dans son apostasie du Judaisme.
Le souverain sacrificateur connaissait très bien l’enseignement de Jésus puisque bien des fois, des hommes avaient été envoyés pour attraper Jésus dans ses paroles :
Citation :
Ils se mirent à observer Jésus et ils envoyèrent des hommes qui faisaient semblant d'être des justes pour le prendre au piège de ses propres paroles, afin de le livrer au pouvoir et à l'autorité du gouverneur. (Luc 20:20)

18: 20 Jésus lui répondit: J'ai parlé ouvertement au monde; j'ai toujours enseigné dans la synagogue et dans le temple, où tous les Juifs s'assemblent, et je n'ai rien dit en secret.

Jésus répond au souverain sacrificateur, reconnaissant ainsi son authorité pour l’interroger. Mais Jésus se limite à répondre sur „sa doctrine“ et non sur ses „disciples“ car s’il n’est pas prouvé que sa doctrine est apostate, pourquoi alors lui reprocher d’enseigner des auditeurs ouverts ? Non seulement Jésus déclare avoir parlé publiquement au peuple mais il précise avoir parlé „ouvertement au monde“. Il prêchait dans les synagigues, dans le temple, dans les lieux publics et loin d’avoir une doctrine secrète, il déclara même à ses disciples lorsqu’il les enseignait dans le cercle privé :
Citation :
(Matthieu 10:27) 27 Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le dans la lumière ; et ce que vous entendez chuchoter, prêchez-le [du haut] des toits en terrasse.
En fait, ce n’est pas Jésus qui conspirait en secret contre le pouvoir et à l'autorité du gouverneur mais plutôt le Sanhédrin contre l'envoyé de Dieu !

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Elisa

avatar

Nombre de messages : 1167
Localisation : france
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Ven 9 Nov 2012 - 20:19

18: 20 Jésus lui répondit: J'ai parlé ouvertement au monde; j'ai toujours enseigné dans la synagogue et dans le temple, où tous les Juifs s'assemblent, et je n'ai rien dit

Jésus fit comprendre aux sacrificateurs qu'il aurait et put s'informer car il n'a rien fait dans l'illegalité au contraire c'est toujours ouvertement qu'il proclamait l'enseignement de son pére ,et bien qu'il reservait l'enseignement en privé a ses disciples il ne manqua pas de faire connaitre au peuple et a tous ceux qui desiraient l'entendre l'enseignement du pére et cela dans les rues les synagogues dans tout les endroits ou il y a avait foule ,Jésus n'était pas un flambeau caché ,mais bien un phare de lumiére dans les tenèbres

18: 21 Pourquoi m'interroges-tu? Interroge sur ce que je leur ai dit ceux qui m'ont entendu; voici, ceux-là savent ce que j'ai dit.
Quand Jésus demande pourquoi c'est pour pousser ses interlocuteurs a s'examiner,si son enseignement avait étè une offense a la loi de moïse, cela aurait étè demontré,si ses disciples menaçaient l'ordre cela se seraient sut aussi ,mais les motivations d'Anne et des notables n'étaient pas a la recherche de la vérité ,ils étaient trop orgueilleux pour imaginer que le fils de l'homme puissent lui les instruire lui qui n'a pas fait les écoles rabbiniques,leur vraie but était de trouver des mobiles pour faire condamner Jesus
Citation :


Jean 7.45 Ainsi les huissiers retournèrent vers les principaux sacrificateurs et les pharisiens. Et ceux-ci leur dirent: Pourquoi ne l'avez-vous pas amené?

7.46 Les huissiers répondirent: Jamais homme n'a parlé comme cet homme.

7.47 Les pharisiens leur répliquèrent: Est-ce que vous aussi, vous avez été séduits?
7.48 Y a-t-il quelqu'un des chefs ou des pharisiens qui ait cru en lui?
7.49 Mais cette foule qui ne connaît pas la loi, ce sont des maudits
!

_________________
Galates 1:10 Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ.


Dernière édition par Elisa le Mer 14 Nov 2012 - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Sam 10 Nov 2012 - 14:32

18: 21 Pourquoi m'interroges-tu? Interroge sur ce que je leur ai dit ceux qui m'ont entendu; voici, ceux-là savent ce que j'ai dit
18: 22 A ces mots, un des huissiers, qui se trouvait là, donna un soufflet à Jésus, en disant: Est-ce ainsi que tu réponds au souverain sacrificateur?


Oui, ce sont les témoins véridiques ayant entendus ce que Jésus a dit depuis des années qui savaient ce qu'il avait enseigné et qui pouvaient en témoigner, ainsi que sur les miracles qu'il a fait. C'est eux qu'il fallait interroger !
Là, Jésus en avait trop dit selon l'avis de l'un des huissiers présents qui le frappa.

Cet interrogatoire n'aura malheureusement que trop d'imitateurs tout à long des siècles ultérieurs dans le cadre de tribunaux ecclésiastiques au cours desquels les croyants furent également frappés et même torturés lorsqu'ils ne donnaient pas la réponse souhaitée par leurs juges. Oui, jusqu'au 21è siècle, des chrétiens sont également interrogés et jugés par des "comités" qui n'hésitent pas à excommunier des croyants qui obéissent plus à Dieu qu'aux enseignements des hommes.

La réponse de Jésus fut désarmante :
18: 23 Jésus lui dit: Si j'ai mal parlé, fais voir ce que j'ai dit de mal; et si j'ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu?

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Lun 12 Nov 2012 - 20:20

18: 24 Anne l'envoya lié à Caïphe, le souverain sacrificateur.

L'interrogatoire sous Anne ou Annas n'avait rien apporté qui puisse être utilisé contre Jésus.
Depuis Annas ou Anne, Jésus est envoyé devant le Sanhédrin sous Caïphe, qui était donc le souverain sacrificateur de service à ce moment-là et le Sanhédrin se réunissait sous sa présidence.

Puisqu'au verset 28 Jean rapportera que depuis le Sanhédrin sous Caïphe, Jésus fut ensuite conduit au palais du gouverneur romain Pilate, cela signifie que Jean saute ce qui s'est passé devant le Sanhédrin. C'était évidemment intentionnel car il n'avait rien à ajouter aux récits détaillés des autres Évangiles.

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Lun 12 Nov 2012 - 21:52

18: 24 Anne l'envoya lié à Caïphe, le souverain sacrificateur.

De toute évidence, ils devaient être bien embarrassés quant à la marche à suivre pour faire condamner Jésus.
Même les faux témoignages qui étaient apportés à charge de Jésus ne s'accordaient pas (Marc 14: 55-56)

Comme cela était rappelé au verset 13, Anne était le beau père de Caïphe, et celui-ci était le souverain sacrificateur de l'époque. L'influence dont jouissait toujours Anne explique peut être les raisons pour lesquelles ceux qui avaient saisi Jésus ont voulu le lui présenter avant qu'il soit amené à Caïphe.

Il est également permis de penser, qu'Anne se trouvait dans la demeure de Caïphe, lorsque Jésus lui fut présenté. Ce qui expliquerait pourquoi les relations privilégiées établies par la parenté de Jean avec la maison de Caïphe, souverain sacrificateur permirent à Jean d'entrer avec Jésus dans la cour du souverain sacrificateur, puis par la suite d'y faire entrer Pierre.

Tout donne à penser que Jésus, lorsqu'il fut mis en présence d'Anne, fut débarrassé des liens qui l'entravaient depuis son arrestation (Jean 18:12) Par la suite, Anne donna l'ordre de le conduire chez Caïphe, dans la salle où se tenaient les assemblées du sanhédrin; et pour la circonstance Jésus fut de nouveau lié.
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Mar 13 Nov 2012 - 13:55

18: 25 Simon Pierre était là, et se chauffait. On lui dit: Toi aussi, n'es-tu pas de ses disciples? Il le nia, et dit: Je n'en suis point.

Jean rapporte seulement le premier reniement de Pierre (verset 17 ...) et le troisième (versets 25-27).
Le récit de Jean est parallèle à ceux de Matthieu 26:73-75; Marc 14:70b-72 et Luc 22:59-62.

Jean est le seul à raconter que Pierre se tenait près du feu pour se chauffer lors du 3è reniement. Il fait frais, on est seulement aux alentours du début du printemps et les émotions fortes sont nombreuses; il y a de quoi se réchauffer un peu auprès d'un feu !

On sent que Jean cherche à être bref, comme s'il voulait ménager Pierre en mentionnant strictement le minimum. Il va néanmoins encore ajouter des détails dans la suite de son récit.

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Mar 13 Nov 2012 - 14:41

18: 25 Simon Pierre était là, et se chauffait. On lui dit: Toi aussi, n'es-tu pas de ses disciples? Il le nia, et dit: Je n'en suis point.
18: 26 Un des serviteurs du souverain sacrificateur, parent de celui à qui Pierre avait coupé l'oreille, dit: Ne t'ai-je pas vu avec lui dans le jardin?
18: 27 Pierre le nia de nouveau. Et aussitôt le coq chanta.


Après avoir rapporté comment Anne envoya Jésus à Caïphe, Jean revient à l’endroit de son récit où il avait laissé Pierre, pour raconter dans quel engourdissement était plongé cet Apôtre si plein d’ardeur, lorsqu’on voulait s’emparer de Jésus. Nous nous retrouvons donc dans la période de temps qui a précédé l'envoi de Jésus chez Caïphe.

Le récit de ce moment, rapporté par les trois autres Évangélistes nous amène à penser que la portière, celle qui permit à Pierre d'entrer dans la cour du souverain sacrificateur ne s'est pas satisfaite de la réponse que Pierre lui fit. Elle dut en parler à d'autres personnes autour d'elle, ce qui amena une nouvelle fois que soit posée cette question à Pierre : "Toi aussi, n'es-tu pas de ses disciples"?
Demeurant insensible à la question posée, Pierre répondit : "Je n'en suis point".

Après ce second reniement, Pierre semble s'aguerrir de la situation en se mêlant plus encore avec les personnes présentes, jusqu'à cet instant où il attira l'attention, d'un des serviteurs du souverain sacrificateur. Cet homme parent de Malchus, celui qui avait eu l'oreille coupée par Pierre le reconnut et lui demanda: "Ne t'ai-je pas vu avec lui dans le jardin"?

Pour la troisième fois Pierre renia toute appartenance à ce pourquoi on le suspectait.
Cet instant coïncide d'une part avec le chant du coq annoncé par Jésus (Jean 13:38) et le moment même où Jésus traversait la cour pour se rendre Chez Caïphe (Jean 18:24).
Concernant cet instant, L’Évangéliste Luc nous rapporte:
Citation :
Le Seigneur se retourna et posa son regard sur Pierre. Alors Pierre se souvint de ce que le Seigneur lui avait dit: "Avant que le coq ne chante aujourd’hui, tu m’auras renié trois fois!" Il se glissa dehors et se mit à pleurer amèrement. (Luc 22:61-62)
Le triple reniement de Pierre nous apprend que devant les difficultés mieux vaut s'en remettre entre les mains de Dieu, notre Créateur que de placer notre confiance en nous-mêmes.
Citation :
Beaucoup de douleurs sont le lot du méchant, mais celui qui se confie en l’Éternel est environné de sa grâce. (Psaumes 32:10)
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Jeu 15 Nov 2012 - 8:55

COMPARUTION DE JÉSUS DEVANT PILATE
(versets 28 à 40)

18: 28 Ils conduisirent Jésus de chez Caïphe au prétoire: c'était le matin. Ils n'entrèrent point eux-mêmes dans le prétoire, afin de ne pas se souiller, et de pouvoir manger la Pâque.

18: 29 Pilate sortit donc pour aller à eux, et il dit: Quelle accusation portez-vous contre cet homme?

18: 30 Ils lui répondirent: Si ce n'était pas un malfaiteur, nous ne te l'aurions pas livré.

18: 31 Sur quoi Pilate leur dit: Prenez-le vous-mêmes, et jugez-le selon votre loi. Les Juifs lui dirent: Il ne nous est pas permis de mettre personne à mort.

18: 32 C'était afin que s'accomplît la parole que Jésus avait dite, lorsqu'il indiqua de quelle mort il devait mourir.

18: 33 Pilate rentra dans le prétoire, appela Jésus, et lui dit: Es-tu le roi des Juifs?

18: 34 Jésus répondit: Est-ce de toi-même que tu dis cela, ou d'autres te l'ont-ils dit de moi?

18: 35 Pilate répondit: Moi, suis-je Juif? Ta nation et les principaux sacrificateurs t'ont livré à moi: qu'as-tu fait?

18: 36 Mon royaume n'est pas de ce monde, répondit Jésus. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne fusse pas livré aux Juifs; mais maintenant mon royaume n'est point d'ici-bas.

18: 37 Pilate lui dit: Tu es donc roi? Jésus répondit: Tu le dis, je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix.

18: 38 Pilate lui dit: Qu'est-ce que la vérité? Après avoir dit cela, il sortit de nouveau pour aller vers les Juifs, et il leur dit: Je ne trouve aucun crime en lui.

18: 39 Mais, comme c'est parmi vous une coutume que je vous relâche quelqu'un à la fête de Pâque, voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs?

18: 40 Alors de nouveau tous s'écrièrent: Non pas lui, mais Barabbas. Or, Barabbas était un brigand.

Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Jeu 15 Nov 2012 - 21:04

18: 28 Ils conduisirent Jésus de chez Caïphe au prétoire: c'était le matin. Ils n'entrèrent point eux-mêmes dans le prétoire, afin de ne pas se souiller, et de pouvoir manger la Pâque.

Amené par Anne à son beau-père Caïphe le grand sacrificateur, Jésus est maintenant conduit de bon matin, vraisemblablement de très bonne heure dans le prétoire.
Le prétoire était le nom attribué par Rome au lieu où siégeait le préteur. Le préteur qui était en général issu de la classe dirigeante, telle des préfets ou des commandants était chargé d'intimer aux citoyens les ordres du souverain.
Caïphe qui avait déjà résolu la mort de Jésus (Jean 11:50) amena donc Jésus comme un coupable déjà convaincu, en espérant obtenir l'exécution de sa sentence par Pilate.
Leur malice était telle, qu'ils craignaient de se souiller en entrant dans le prétoire d’un juge païen, mais n'éprouvaient aucune honte à vouloir répandre le sang de leur "frère" innocent.

Leur crainte de ne pouvoir manger la Pâque ne pouvait être celle qui était célébrée le 14 ième jour du premier mois de Nisan puisque celle-ci avait déjà eu lieu et avait été célébrée par Jésus (Luc 22:7-18).
La Pâque était accompagnée de la fête des pains sans levain, qui commençait le lendemain du 14 Nisan soit le 15e jour et durait 7 jours (Lévitique 23: 5-huit)
Leur désir de pouvoir prendre part à cette fête des pains sans levain généra en eux la crainte d'être souillé d’où leur motif de ne pas vouloir entrer dans le prétoire.

La célébration de la Pâque était la première fête de l'année. Elle fusionnait l'ancienne Pâque hébraïque, jour où l'on offrait à Dieu la première gerbe de blé, et la fête des Azymes, qui commémorait la sortie des Hébreux d'Égypte.
Pendant une semaine, on s’abstenait de toutes céréales pour ne manger que des aliments azymes, non levés.
Pour ceux qui étaient empêchés de participer à la Pâque, Moïse instaura la Pâque supplémentaire qui avait lieu un mois après et dans les mêmes conditions (Nombres 9:6-12)
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Ven 16 Nov 2012 - 14:13

18: 29 Pilate sortit donc pour aller à eux, et il dit: Quelle accusation portez-vous contre cet homme?
18: 30 Ils lui répondirent: Si ce n'était pas un malfaiteur, nous ne te l'aurions pas livré.


Gardons bien à l'esprit, les intentions arrêtées par les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple, à l'encontre de Jésus, avant qu'il ne soit présenté à Pilate.
Citation :
L’aube s’était levée. L’ensemble des chefs des prêtres et des responsables du peuple tinrent conseil contre Jésus pour le faire condamner à mort. (Matthieu 27:1) Bible du Semeur
D'autres traductions disent: "pour le faire mourir", "pour le mettre à mort"
Pilate, à qui on avait très certainement rapporté l'évènement, ainsi que l'agitation que celle-ci suscitait, n'osa ignorer ce qui se passait et accepta de recevoir les Juifs de si bonne heure.

Jésus était donc dans le prétoire, toutefois, sans la présence de ses accusateurs, qui eux se tenaient à l'extérieur du prétoire. (Jean 18:28)
Comme ils ne voulaient pas rentrer dans le prétoire par crainte d'être souillé, ce qui leur interdirait (par suppositions) de prendre part à la fête des pains sans levain qui suivait la célébration de la Pâque, ce fut Pilate qui sortit donc pour aller à eux.

Pilate, en voyant Jésus entravé et amené devant lui par une foule aussi nombreuse, refusa de considérer cet effet de masse, comme une preuve péremptoire ou irrécusable, de culpabilité du prisonnier qui se tenait dans le prétoire.
Il les interrogea donc et demanda: "Quelle accusation portez-vous contre cet homme"?

Par cette question, Pilate leur fait percevoir l'inconvenance qu’ils commettent, en s’emparant du pouvoir de juger, et en ne lui laissant, que celui d’infliger le châtiment.
Au niveau des accusations, ce ne sont que des allégations, et de vagues présomptions (Luc 23:2) (Marc 15:3)
Refusant, d'aborder de front l'accusation, ils répondirent: "Si ce n'était pas un malfaiteur, nous ne te l'aurions pas livré".

Mais qui étaient ces accusateurs? Étaient-ce ceux que Jésus avait guéris de leur maladie ? Étaient-ce les lépreux qu'il avait purifiés? Étaient-ce les sourds à qui Jésus avait rendu l'ouïe? Les aveugles à qui il avait rendu la vue? Les muets à qui il avait rendu le langage? Ou bien encore les morts qu'il avait rendus à la vie ? Que dire de tous ceux et celles qui avaient été les témoins de ces nombreuses œuvres de puissance?
Sont ce ces personnes qui portaient à Pilate l'accusation que Jésus était un malfaiteur?
Non bien sur! mais bien ces hommes ingrats, qui n'avaient eu et qui n'avaient toujours pas une once de reconnaissance envers Celui qui avait toujours recherché le bien et ouvert le chemin de la liberté (jean 8:32)

Ces hommes étaient le reflet de ce que le Psalmiste écrivit:
Citation :
Cependant mes ennemis sont pleins de vie, pleins de force; ceux qui me détestent sans raison sont nombreux. Ils me rendent le mal pour le bien, ils sont mes adversaires parce que je recherche le bien. (Psaumes 38:21-22)
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   Sam 17 Nov 2012 - 15:15

18: 31 Sur quoi Pilate leur dit: Prenez-le vous-mêmes, et jugez-le selon votre loi. Les Juifs lui dirent: Il ne nous est pas permis de mettre personne à mort.
18: 32 C'était afin que s'accomplît la parole que Jésus avait dite, lorsqu'il indiqua de quelle mort il devait mourir.


Des tentatives de lapider Jésus avaient déjà étaient faites mais sans succès car Jésus devait mourrir d'une certaine manière comme il l'avait déjà déclaré auparavant :
Citation :
Et moi, quand j’aurai été élevé au-dessus de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi. Par cette expression, il faisait allusion à la manière dont il allait mourir. (Jean 12:32-33)
C'est ce qui s'accomplira lorsque Jésus sera élevé sur une croix selon le mode d'exécution des Romains pour les pires criminels.

Pilate offrit aux Juifs de juger eux-mêmes Jésus mais ils n'avaient pas l'autorité de condamner à mort et d'exécuter. En rappelant cela à Pilate, ils montraient clairement qu'ils voulaient se débarasser de Jésus en le faisant condamner à mort par le gouveurneur romain.

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Chapitre 18   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Chapitre 18
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jean :: Chapitre 3
» Jean Chapitre 14
» Jean Chapitre 13
» Jean:: Chapitre 6
» Jean chapitre 12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Liberté Chrétienne :: Réunions chrétiennes :: Étude de la Bible verset par verset. :: Evangile de Jean :: examen verset par verset-
Sauter vers: