La Liberté Chrétienne

Forum d'aide, de recherche et collaboration pour une meilleure compréhension des écritures
 
Site WebSite Web  AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Jean Chapitre 19

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Jean Chapitre 19   Mer 21 Nov 2012 - 20:11

JÉSUS SUBIT LES OUTRAGES DES SOLDATS PUIS EST LIVRE AUX JUIFS PAR PILATE (versets 1 à 16)
19: 1 Alors Pilate prit Jésus, et le fit battre de verges.

19: 2 Les soldats tressèrent une couronne d'épines qu'ils posèrent sur sa tête, et ils le revêtirent d'un manteau de pourpre; puis, s'approchant de lui,

19: 3 ils disaient: Salut, roi des Juifs! Et ils lui donnaient des soufflets.

19: 4 Pilate sortit de nouveau, et dit aux Juifs: Voici, je vous l'amène dehors, afin que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun crime.

19: 5 Jésus sortit donc, portant la couronne d'épines et le manteau de pourpre. Et Pilate leur dit: Voici l'homme.

19: 6 Lorsque les principaux sacrificateurs et les huissiers le virent, ils s'écrièrent: Crucifie! crucifie! Pilate leur dit: Prenez-le vous-mêmes, et crucifiez-le; car moi, je ne trouve point de crime en lui.

19: 7 Les Juifs lui répondirent: Nous avons une loi; et, selon notre loi, il doit mourir, parce qu'il s'est fait Fils de Dieu.

19: 8 Quand Pilate entendit cette parole, sa frayeur augmenta.

19: 9 Il rentra dans le prétoire, et il dit à Jésus: D'où es-tu? Mais Jésus ne lui donna point de réponse.

19: 10 Pilate lui dit: Est-ce à moi que tu ne parles pas? Ne sais-tu pas que j'ai le pouvoir de te crucifier, et que j'ai le pouvoir de te relâcher?

19: 11 Jésus répondit: Tu n'aurais sur moi aucun pouvoir, s'il ne t'avait été donné d'en haut. C'est pourquoi celui qui me livre à toi commet un plus grand péché.

19: 12 Dès ce moment, Pilate cherchait à le relâcher. Mais les Juifs criaient: Si tu le relâches, tu n'es pas ami de César. Quiconque se fait roi se déclare contre César.

19: 13 Pilate, ayant entendu ces paroles, amena Jésus dehors; et il s'assit sur le tribunal, au lieu appelé le Pavé, et en hébreu Gabbatha.

19: 14 C'était la préparation de la Pâque, et environ la sixième heure. Pilate dit aux Juifs: Voici votre roi.

19: 15 Mais ils s'écrièrent: Ote, ôte, crucifie-le! Pilate leur dit: Crucifierai-je votre roi? Les principaux sacrificateurs répondirent: Nous n'avons de roi que César.

19: 16 Alors il le leur livra pour être crucifié. Ils prirent donc Jésus, et l'emmenèrent.

Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Jeu 22 Nov 2012 - 16:17

19: 1 Alors Pilate prit Jésus, et le fit battre de verges.
19: 2 Les soldats tressèrent une couronne d'épines qu'ils posèrent sur sa tête, et ils le revêtirent d'un manteau de pourpre; puis, s'approchant de lui,
19: 3 ils disaient: Salut, roi des Juifs! Et ils lui donnaient des soufflets.


Les Juifs demandèrent donc à Pilate, avec une telle insistance et dans un tel tumulte, que celui-ci délivrât non pas Jésus, mais Barabbas, un homme avait été mis en prison pour une émeute qui avait eu lieu dans la ville et pour un meurtre. (Luc 23:19)

Devant cette insistance, Pilate ne reconnaissait toujours pas que Jésus, cet homme qui lui avait été amené par le grand sacrificateur puisse être coupable de tous les maux dont on lui faisait reproche (Luc 23:2).
Aussi, après deux tentatives infructueuses visant à déculpabiliser Jésus, Pilate n'eut d’autre pensée que de rassasier la cruauté des Juifs: Alors Pilate prit Jésus, et le fit battre de verges.
Il est permis de penser que Pilate espérait que cette foule haineuse, à la vue de ce châtiment ignominieux, les calmerait et les empêcherait de poursuivre dans leur détermination à vouloir réclamer la mort de Jésus.

C’est peut être, avec cette même intention que Pilate permit, ou peut-être qu’il ordonna aux soldats de sa cohorte, de faire subir à Jésus d'autres humiliations, d'autres mauvais traitements: Les soldats tressèrent une couronne d'épines qu'ils posèrent sur sa tête, et ils le revêtirent d'un manteau de pourpre; Ces soldats n'était ce pas ceux qui étaient venus de nuit pour se saisir de Jésus? Est-ce trop de penser que pour plaire aux Juifs, ces hommes étaient capables de tous les excès pour leur être agréables?

Ces insignes dérisoires de la royauté dont ils revêtirent Jésus: Pour diadème, une couronne d’épines, et un manteau de couleur pourpre jeté sur ses épaules, reflet de ce que portaient les rois apparaissent à mon sens, comme une volonté à vouloir ridiculiser les Juifs, au travers de l'homme Jésus, qui était un inconnu pour la plupart de ces soldats. C'est l'impression que j'en retire à la lecture du verset 3° : ils disaient: Salut, roi des Juifs! Et ils lui donnaient des soufflets.

Bien que ce fût par dérision que les soldats traitèrent ainsi Jésus, ils accomplissaient ce que Jésus avait déclaré le concernant:
Citation :
Pendant qu'il montait à Jérusalem, Jésus prit à part les douze disciples et leur dit en chemin: "Nous montons à Jérusalem et le Fils de l'homme sera livré aux chefs des prêtres et aux spécialistes de la loi. Ils le condamneront à mort et le livreront aux non-Juifs pour qu'ils se moquent de lui, le fouettent ..(..)." (Matthieu 20:17-19a)
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Ven 23 Nov 2012 - 12:46

19: 4 Pilate sortit de nouveau, et dit aux Juifs: Voici, je vous l'amène dehors, afin que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun crime.
19: 5 Jésus sortit donc, portant la couronne d'épines et le manteau de pourpre. Et Pilate leur dit: Voici l'homme.


Dans l'esprit de Pilate, les humiliations et les ignominieux outrages que jésus subissait lui faisait espérer que la vue de ces sanglants outrages mettrait un terme à la fureur des Juifs.
Pensant provoquer une intervention favorable du peuple et de lui fournir ainsi le moyen de tenir tête à la haine des religieux, Pilate sortit de nouveau, et dit aux Juifs: Voici, je vous l'amène dehors, afin que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun crime.

Par ces mots, Pilate espère tenir tête à ces chefs religieux aveuglés et transis de haine, et leur signifie qu'il ne peut consentir à aller plus loin.
Après s'être exprimé : Jésus sortit donc, portant la couronne d'épines et le manteau de pourpre. Jésus parut donc à la foule, non pas dans l’éclat de la royauté, mais au milieu des opprobres dont il venait d'être l'objet.

A la vue de cet homme si profondément humilié, Pilate prend certainement conscience de ce qu'il a permis d'infliger à cet homme, dans lequel il n'a trouvé aucune faute, et dans un mélange de respect et de pitié pour cet innocent, Pilate leur dit: Voici l'homme. Comme s'il voulait leur dire : "voilà ce malheureux innocent contre lequel vous vous acharnez et pour lequel je souhaiterais que votre colère s'apaise et tombe devant le grand déshonneur que cet homme, Jésus, vient de subir.

Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Sam 24 Nov 2012 - 12:12

19: 6 Lorsque les principaux sacrificateurs et les huissiers le virent, ils s'écrièrent: Crucifie! crucifie! Pilate leur dit: Prenez-le vous-mêmes, et crucifiez-le; car moi, je ne trouve point de crime en lui.

Cette fois encore, les espoirs de Pilate sont anéantis par l'accroissement de la fureur des Juifs contre Jésus.
A peine eurent ils vu Jésus et entendu Pilate dire " Voici l'homme" que les principaux sacrificateurs et les huissiers (…) s'écrièrent: Crucifie! crucifie! Pilate se retrouva donc en face de cette foule qui hurlait toute sa hargne.

Agacé par leur vindicte et voyant l'inutilité de ses efforts, Pilate leur dit : "Prenez-le vous-mêmes, et crucifiez-le".
Ces paroles sont pour Pilate une manière de manifester toute son horreur dans ce pour quoi on veut l'engager : décréter la sentence de mort, pour un homme dont il ne cesse de déclarer l'innocence.

Les Juifs n'avaient ils pas amené Jésus à Pilate pour qu'il reçoive son jugement?
Aussi ces paroles "Prenez le vous-mêmes et crucifiez le" sont pour Pilate le moyen d'exprimer son refus d'endosser une quelconque responsabilité dans le meurtre qu'ils convoitent depuis le début où ils lui ont amené Jésus; ces paroles peuvent également signifier : Libre à vous d'appliquer cette sentence de mort, mais quant à moi, je ne le peut pour une raison toute simple : (…) je ne trouve point de crime en lui.

L'impunité réclamée par Pilate, ne réjouissait aucunement la classe religieuse qui était décidée et résolue à n'en pas tenir compte comme nous le montre le verset suivant.
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Sam 24 Nov 2012 - 19:46

19: 7 Les Juifs lui répondirent: Nous avons une loi; et, selon notre loi, il doit mourir, parce qu'il s'est fait Fils de Dieu.
19: 8 Quand Pilate entendit cette parole, sa frayeur augmenta.
19: 9 Il rentra dans le prétoire, et il dit à Jésus: D'où es-tu? Mais Jésus ne lui donna point de réponse.


La frayeur de Pilate est compréhensible.
Que Jésus soit le roi des Juifs était une situation à laquelle un gouverneur romain dans une province occupée pouvait faire face avec son autorité et la cohorte à sa disposition. Mais faire face à un fils des dieux !

Pilate était certainement familiarisé avec les divinités romaines. Par "fils de Dieu" il pouvait s'imaginer par superstition bon nombre de représailles de la part de ses dieux s'il touchait à un de leurs fils.

Il est donc compréhensible que Pilate veut en savoir plus cette fois-ci sur le personnage Jésus dans lequel il n'avait trouvé aucune faute en tant que juge. Cette fois-ci, il élargit l'interrogatoire en demandant à Jésus : "D'où es-tu ? Mais Jésus ne lui donna point de réponse" Jésus aurait évidemment pu répondre au gouverneur et juge romain Pilate. Il aurait pu lui dire qu'il était né à Bethléhem conformément à une prophétie vieille de plus de 700 ans révélant ses origines, texte que Pilate aurait pu se faire lire par un scribe dans les Écritures des Juifs :
Citation :
Et toi, (Bethléem) Ephrata, le moindre des clans de Juda, c'est de toi que me naîtra celui qui doit régner sur Israël; ses origines remontent au temps jadis, aux jours antiques. (Michée 5:1)
La frayeur de Pilate était encore nourrie par un rêve de son épouse :
Citation :
Pendant qu'il siégeait au tribunal, sa femme lui fit dire: «N'aie rien à faire avec ce juste, car aujourd'hui j'ai beaucoup souffert dans un rêve à cause de lui.» (Matthieu 27:19)

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Dim 25 Nov 2012 - 8:14

19: 7 Les Juifs lui répondirent: Nous avons une loi; et, selon notre loi, il doit mourir, parce qu'il s'est fait Fils de Dieu.
19: 8 Quand Pilate entendit cette parole, sa frayeur augmenta.
19: 9 Il rentra dans le prétoire, et il dit à Jésus: D'où es-tu? Mais Jésus ne lui donna point de réponse.


Rien de tout ce que Pilate put faire et dire, ne fut capable d’émouvoir ni de toucher les Juifs.

Loin de toute sensiblerie, et craignant surtout que Jésus soit libéré, les juifs en appelèrent à leur loi, qui condamnait à mort tout blasphémateur (Lévitique 24:16) et requérèrent de nouveau auprès de Pilate :
Les Juifs lui répondirent: Nous avons une loi; et, selon notre loi, il doit mourir, parce qu'il s'est fait Fils de Dieu .

Combien il est difficile de comprendre que ces conducteurs religieux, connaissant "si bien" la loi et les prophètes n'aient pu reconnaître en Jésus, le fils de Dieu, celui que Dieu avait oint comme roi
Citation :
"C'est moi qui ai établi mon roi sur Sion, ma montagne sainte"! Je veux proclamer le décret de l'Eternel. Il m'a dit: "Tu es mon fils, je t'ai engendré aujourd'hui"! (Psaumes 2:6-7)
Quand Pilate entendit cette parole, sa frayeur augmenta. Pilate fut effrayé, non pas parce qu’il entendait parler de la loi, puisqu’il était païen, mais bien parce qu’il craignit de mettre à mort le Fils d'un dieu.
Craignant que ce qu’il venait d’entendre dire ne soit vrai, il devenait pour lui évident, qu'il s'exposait à commettre une grande injustice.

Aussi pour lui, de quel dieu s'agissait-il? Les divinités Romaines étant nombreuses, Pilate plein d'inquiétude: rentra dans le prétoire, et il dit à Jésus: D'où es-tu?

Pour Pilate, la question n'est plus de connaître quelles sont les accusations portées contre Jésus: "qu'as-tu fait"? Mais bien de connaître d'où il venait: "d'où es tu"?
Pilate avait bien entendu Jésus lui dire: qu’il était né, et qu’il était venu pour rendre témoignage à la vérité, et que son royaume n’était pas de ce monde (Jean 18:36-37) mais à la question: "D'où es tu"? Jésus ne lui donna point de réponse.

A plusieurs occasions Jésus s'est tu, devant Pilate lui-même, puis devant Hérode (Luc 23:8-9) accomplissant ainsi la prophétie d'Esaïe:
Citation :
Il a été maltraité, il s'est humilié et n'a pas ouvert la bouche. Pareil à un agneau qu'on mène à l'abattoir, à une brebis muette devant ceux qui la tondent, il n'a pas ouvert la bouche. (Esaïe 53:7)
Jésus a certes répondu à certaines questions qui lui étaient faites, mais la comparaison avec un agneau, reste vraie pour les circonstances où il n'a pas voulu répondre.
Son silence fut une preuve, non pas de sa culpabilité, mais bien de son innocence.
Il fut devant ses juges, non comme un coupable convaincu de crimes, mais comme un agneau innocent qui allait être sacrifié pour les péchés des autres.
Citation :
Car après avoir tant souffert, il verra la lumière, et il sera comblé. Et parce que beaucoup de gens le connaîtront, mon serviteur, le Juste, les déclarera justes et se chargera de leurs fautes. (Esaïe 53:11) Bible du Semeur
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Lun 26 Nov 2012 - 21:38

L'accusé Jésus avait osé ne pas répondre à la question de Pilate : "d'où viens-tu ?"
On peut imaginer la scène si de nos jours, un accusé ne répondait pas à une question d'un juge devant lequel il se trouve Shocked

19: 10 Pilate lui dit: Est-ce à moi que tu ne parles pas? Ne sais-tu pas que j'ai le pouvoir de te crucifier, et que j'ai le pouvoir de te relâcher?
Pilate n'était pas n'importe quel juge. Il était le gouverneur romain d'un pays occupé. La situation était déconcertante. Tout accusé qui risque la peine de mort ne fera-t-il pas tout pour ne pas provoquer son juge. Pilate fait clairement comprendre à Jésus que son sort dépend entièrement de lui.

19: 11a Jésus répondit: Tu n'aurais sur moi aucun pouvoir, s'il ne t'avait été donné d'en haut. ...
Cette fois-ci, Jésus répond à Pilate. Sa réponse est encore plus étonnante que son précédent silence puisqu'il remet le fier Pilate littéralement à sa place en lui rappelant la relativité de son pouvoir. Pilate savait évidemment que Jésus n'avait pas tout à fait tort puisque le pouvoir qu'il exerçait lui avait été donné par César. Mais ce que Pilate ne pouvait pas savoir, c'est que le pouvoir qu'il exerçait ainsi que celui du grand César venait en réalité de Dieu comme l'apôtre Paul l'exprimera plus tard d'une manière générale en écrivant sous inspiration divine :
Citation :
Que tout homme se soumette aux autorités supérieures, car il n’y a pas d’autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent ont été mises en place par Dieu. (Romains 13:1)
Jésus reconnaissait l'autorité du gouverneur romain Pilate ainsi que sa fonction de juge mais il ne le disculpe pas pour le verdict qu'il va rendre. En effet, Jésus précise :
"19: 11b ... celui qui me livre à toi commet un plus grand péché."
En entendant cela, Pilate pouvait bien se demander : "Mais c'est qui le juge ici, c'est moi ou c'est toi ?"

Mais Pilate n'aurait pas pu saisir pleinement pourquoi Caïphe commettait une plus grande injustice que lui. Caïphe connaissait les prophéties relatives au Messie, il avait eu des rapports précis sur les paroles et les miracles de Jésus. Et pourtant, il avait livré le Messie entre les mains de l'occupant avec l'espoir de s'en débarrasser. Peut-on commettre plus grand péché ?

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Mar 27 Nov 2012 - 9:10

19: 12 Dès ce moment, Pilate cherchait à le relâcher...

Jésus avait-il touché la conscience de Pilate ? Quoiqu'il en soit, Pilate cherchait à le relâcher. Pourquoi "cherchait" ? Pourquoi ne l'a-t-il pas tout simplement relâché, d'autant plus qu'il avait déjà dit auparavant : "Je ne trouve pas de crime en lui" !

À l'extérieur, les adversaires de Jésus avaient eu le temps de se concerter depuis que Pilate leur avait dit : "Je ne trouve pas de crime en lui." Il fallait donc un argument qui Pilate ne puisse pas ignorer. Ils en avait trouvé un :

... Mais les Juifs criaient: Si tu le relâches, tu n'es pas ami de César. Quiconque se fait roi se déclare contre César.

L'argument est de taille ! Ne pas être trouvé "ami de César" en tant que son repésentant était équivalent avec "ne pas être loyal envers César" ! Quelle ruse diabolique ! Pilate était coincé ! Ce n'est plus l'innocence ou la culpabilité de Jésus qui était l'enjeu mais la loyauté du gouverneur romain Pilate envers son empereur César ! Et au cas ou Pilate n'aurait pas compris la gravité de l'allusion, ils ajoutèrent :"Quiconque se fait roi se déclare contre César"
C'est le juge qui était devenu l'accusé. Si la chose parvenait jusqu'à Rome Shocked

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Mer 28 Nov 2012 - 10:27

19: 13 Pilate, ayant entendu ces paroles, amena Jésus dehors; et il s'assit sur le tribunal, au lieu appelé le Pavé, et en hébreu Gabbatha.
19: 14 C'était la préparation de la Pâque, et environ la sixième heure. Pilate dit aux Juifs: Voici votre roi.


Ce ne fut certes pas la crainte de la loi des Juifs, qui avait retenu l'attention de Pilate pour le décider à faire mourir Jésus.
Compte tenu des nombreux dieux adorés par Rome, il avait plutôt craint de livrer à la mort le fils d'un dieu qu'il ne connaissait pas.
Mais par-dessus tout, ce qu'il craignait le plus, c'était l'accusation portée contre lui par les Juifs : Il n'était pas l'ami de César s'il relâchait Jésus, le Roi des Juifs. (Jean 19:12)

Il était donc important pour Pilate, de garder à l'esprit, que son autorité il la tenait de César, et que celui-ci ne manquerait pas de le châtier, si la nouvelle lui parvenait qu'il essayait de soustraire à la mort un adversaire de l'autorité Impériale.
Toutefois, Pilate restait convaincu de l'innocence de Jésus et: ayant entendu ces paroles, amena Jésus dehors; et pour montrer à tous ces juifs, qu'il souhaitait examiner plus sérieusement encore cette affaire,
il s'assit sur le tribunal, au lieu appelé le Pavé, et en hébreu Gabbatha
(le tribunal était pour les juges ce que le trône était pour les rois)

C'était la préparation de la Pâque, et environ la sixième heure. Il ne pouvait s'agir de la préparation de la célébration de la Pâque, puisque celle-ci avait déjà eu lieu.
Cette préparation qui se situait dans la semaine pascale, était le sixième jour de la semaine: un vendredi, où l'on préparait comme chaque vendredi tout ce qui était nécessaire pour le jour du sabbat.

C'est à partir de ce moment, où Pilate s’assit sur son tribunal à la sixième heure, que vont s'inscrire dans l'histoire, l'abandon de Jésus aux Juifs, son trajet jusqu'au Calvaire, son crucifiement et les différents évènements qui se passèrent au pied de la croix.

Pilate qui était sorti sous le prétexte de procéder à un nouvel interrogatoire, espérait encore être à même, de pouvoir infléchir la haine des Juifs. En s'adressant à eux, il leur montra un homme que le peuple accusait de vouloir usurper la royauté, et qui était dans un état d'humiliations tel, qu'il lui était impossible d'entreprendre chose semblable. Aussi Pilate dit aux Juifs: Voici votre roi.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Jeu 29 Nov 2012 - 10:10

19: 15 Mais ils s'écrièrent: Ote, ôte, crucifie-le! Pilate leur dit: Crucifierai-je votre roi? Les principaux sacrificateurs répondirent: Nous n'avons de roi que César.
19: 16 Alors il le leur livra pour être crucifié. Ils prirent donc Jésus, et l'emmenèrent


Rien de tout ce qu'avait pu dire Pilate, n'avait suffit pour apaiser la fureur et la haine des religieux Juifs.

Bien au contraire, ses dernières paroles prononcées "Voici votre Roi" visaient une dernière fois, à rendre témoignage sur l'innocence de l'homme qui était là devant eux.
Car ces trois mots étaient lourds de sens et amenaient à de multiples réflexions : Comment cet homme qui était accusé d'être Roi, parviendrait il à le rester? Lui qui venait de subir les pires humiliations devant leurs yeux, présentait il un réel danger pour eux? Était ce cet homme sans défense, et amoindri qu'ils prétendaient Roi, qui les inquiétait au point de susciter en eux une telle crainte et de réclamer son éviction par la mort?.

Cette crainte était réelle chez l'ensemble de la classe religieuse.
Elle craignait que Jésus une fois délivré, n'entraina de nouveau la multitude après lui :
Citation :
(..) cet homme fait beaucoup de signes miraculeux.(..) Si nous le laissons faire, tous croiront en lui (Jean 11:47b-48a)
Aussi les Juifs redoublèrent-ils leurs instances : Ôte, ôte, crucifie-le!

Devant de telles paroles, Pilate essaya encore d'apaiser leur fureur : Crucifierai-je votre roi? Cette question est pour lui une manière de se venger sur l'acte de bassesse auquel ces dignitaires religieux le contraignaient.

La réponse fut sans appel: Les principaux sacrificateurs répondirent: Nous n'avons de roi que César.
Eux qui vivaient dans l'espérance de voir l'envahisseur être anéanti par le Messie promis par Dieu, par YHWH le Dieu d'Israël, abandonnèrent par ces paroles, leur foi en la Théocratie.
Ils repoussèrent le règne de Jésus-Christ et appelèrent sur eux le règne de César.

Pilate se laissa donc vaincre par la crainte d'accorder l'impunité à celui dont ces religieux lui demandaient la mort parce qu’il avait osé aspirer à la royauté. Alors il le leur livra pour être crucifié.

Pilate aurait pu garder Jésus et veiller à ce que la sentence de mort lui soit appliquée en vertu du jugement et du pouvoir du gouverneur qu'il était; Mais Jean précise que Jésus fut livré aux Juifs pour bien montrer qu’ils étaient étroitement associés au crime dont ils s’efforçaient d’éloigner d’eux le soupçon. Ils prirent donc Jésus, et l'emmenèrent.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Ven 30 Nov 2012 - 9:13

JÉSUS EST CRUCIFIE (versets 17 à 30)

19: 17 Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha.

19: 18 C'est là qu'il fut crucifié, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu.

19: 19 Pilate fit une inscription, qu'il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue: Jésus de Nazareth, roi des Juifs.

19: 20 Beaucoup de Juifs lurent cette inscription, parce que le lieu où Jésus fut crucifié était près de la ville: elle était en hébreu, en grec et en latin.

19: 21 Les principaux sacrificateurs des Juifs dirent à Pilate: N'écris pas: Roi des Juifs. Mais écris qu'il a dit: Je suis roi des Juifs.

19: 22 Pilate répondit: Ce que j'ai écrit, je l'ai écrit.

19: 23 Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent ses vêtements, et ils en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi sa tunique, qui était sans couture, d'un seul tissu depuis le haut jusqu'en bas. Et ils dirent entre eux:

19: 24 Ne la déchirons pas, mais tirons au sort à qui elle sera. Cela arriva afin que s'accomplît cette parole de l'Écriture: Ils se sont partagé mes vêtements, Et ils ont tiré au sort ma tunique. Voilà ce que firent les soldats.

19: 25 Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala.

19: 26 Jésus, voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: Femme, voilà ton fils.

19: 27 Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui.

19: 28 Après cela, Jésus, qui savait que tout était déjà consommé, dit, afin que l'Écriture fût accomplie: J'ai soif.

19: 29 Il y avait là un vase plein de vinaigre. Les soldats en remplirent une éponge, et, l'ayant fixée à une branche d'hysope, ils l'approchèrent de sa bouche.

19: 30 Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l'esprit.

Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Ven 30 Nov 2012 - 19:49

19: 17 Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha.

Il était d'usage que le condamné à mort porte lui-même sa croix et dans le cas de Jésus, on ne fit pas exception à la règle.
Il est vrai qu'un certain Simon de Cyrène prit la relève et porta un bout de chemin la croix sur laquelle Jéus allait être exécuté (Marc 15:21).
En lisant ce texte, des paroles de Jésus reviennent à l'esprit :
Citation :
Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi. (Matthieu 10:38)
Alors Jésus dit à ses disciples: «Si quelqu'un veut être mon disciple, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix et qu'il me suive! (Matthieu 16:24)
Selon Jésus, "la croix" devait donc être portée par tous les disciples symboliquement parlant, mais certains disciples seraient eux aussi exécutés sur une croix comme Jésus, croix littérale qu'ils porteraient eux aussi jusqu'au lieu d'exécution.

19: 18 C'est là qu'il fut crucifié, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu.

L'exécution de deux criminels en même temps que Jésus met en évidence à quel niveau "le roi des Juifs" a été abaissé !

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Sam 1 Déc 2012 - 10:23

19: 17 Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha.
19: 18 C'est là qu'il fut crucifié, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu.


Les Juifs qui sont les véritables auteurs de la condamnation à mort de Jésus arrachée à Pilate, exécutaient donc la sentence par les mains des soldats.

Jésus fut donc soumis à l'usage qui avait cours pour tout condamné. Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha. C'était un endroit situé en dehors de la ville, et qui répondait à la Loi qui interdisait aux Juifs toute exécution capitale dans l'enceinte d'un camp, ou d'une ville.
Citation :
L’Éternel dit à Moïse: "Fais sortir le blasphémateur du camp. Tous ceux qui l'ont entendu poseront leurs mains sur sa tête et toute l'assemblée le lapidera. Tu transmettras ces instructions aux Israélites: 'Celui qui maudira son Dieu supportera les conséquences de son péché. (Lévitique 24:13-15)
Ils étaient donc resté fidèles à l'esprit de cette loi en mettant à mort tout condamné hors de l'enceinte des villes
Citation :
(..) ils le conduisirent à l'extérieur de la ville et le lapidèrent jusqu'à ce qu'il meure. (1 Rois 21:13)
C'est là qu'il fut crucifié. Ce genre de mort réunissait au plus haut degré les douleurs et l'horreur de tous les autres supplices.
Spoiler:
 
Jésus fut crucifié au milieu de deux malfaiteurs. deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu.
Était ce les Juifs qui en avaient aussi demandé l'exécution afin de rendre plus ignominieuse encore la condamnation de Jésus? Difficile de savoir, mais il demeure que ce fait accomplissait la prophétie d'Esaïe
Citation :
(…) il s'est dépouillé lui-même jusqu'à la mort et qu'il a été compté parmi les criminels, parce qu'il a porté le péché de beaucoup d'hommes et qu'il est intervenu en faveur des coupables. (Esaïe 53:12)
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Dim 2 Déc 2012 - 19:05

19: 19 Pilate fit une inscription, qu'il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue: Jésus de Nazareth, roi des Juifs.
19: 20 Beaucoup de Juifs lurent cette inscription, parce que le lieu où Jésus fut crucifié était près de la ville: elle était en hébreu, en grec et en latin.
19: 21 Les principaux sacrificateurs des Juifs dirent à Pilate: N'écris pas: Roi des Juifs. Mais écris qu'il a dit: Je suis roi des Juifs.
19: 22 Pilate répondit: Ce que j'ai écrit, je l'ai écrit.


Selon la pratique Romaine, un petit écriteau appelé le titulus, renseignait le crime commis par le condamné. Il était fixé sur un le haut d'un bâton, et était porté à l'avant du cortège du condamné, pour être ensuite cloué sur la croix, ou sur le poteau de supplice, au-dessus de la tête. Pilate fit une inscription, qu'il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue: Jésus de Nazareth, roi des Juifs.

Pilate profita donc de cet usage pour marquer la différence, en séparant la cause de Jésus de celle des deux malfaiteurs, et pour certainement, se venger des Juifs, en faisant ainsi connaître publiquement, l’excès de leur malice, qui les avait portés à s’élever contre cet homme Jésus de Nazareth, roi des Juifs.

Beaucoup de Juifs lurent cette inscription, parce que le lieu où Jésus fut crucifié était près de la ville. Il est vraisemblable qu’un grand nombre de personnes se trouvait à Jérusalem. Il devait y avoir de nombreux gentils qui s’étaient rendus avec les Juifs à Jérusalem pour la fête de Pâque.
Et pour que tous pussent lire cette inscription, Pilate dut exiger qu'elle fut écrite non dans une seule langue, mais dans trois langues différentes : elle était en hébreu, en grec et en latin.
Ces trois langues étaient les plus répandues : la langue hébraïque, était la langue de la nation Juive, la langue grecque était celle qui était comprise des lettrés parmi les païens et le latin était celle des Romains, dont la domination s’étendait sur presque toutes les nations du monde connu.

Avec cette inscription en trois langues, Pilate donnait au monde d'alors, une information qui proclamait Jésus, Roi-Messie dans la langue des trois principaux peuples du monde.
Comme le relate l’Évangéliste Jean, la haine et le mépris n'abandonnèrent pas pour autant aucun des religieux présents. Les principaux sacrificateurs des Juifs dirent à Pilate: N'écris pas: Roi des Juifs.
L'inscription telle qu'elle était écrite n'était d'aucune ambiguïté, mais combien elle était explicite et dérangeante pour ces religieux! Car elle les désignait comme coupables et responsables de la mort de leur Roi, du Roi qu'ils avaient tant de fois combattu et refusé de reconnaître.

C'est pour masquer cette réalité,qu' ils demandèrent à Pilate de modifier l'inscription Mais écris qu'il a dit: Je suis roi des Juifs. Combien il leur eut été agréable que Pilate accède à leur requête. Cette modification du texte porté sur l'écriteau les aurait innocenté de la mort de Jésus et aurait éloigné d'eux tout soupçon de manigance. Si cela avait été, on y aurait lu et vu qu'en se disant roi des Juifs, Jésus était le seul coupable de blasphème et de sa criminelle ambition. Mais Pilate persévéra dans son intention première : Pilate répondit: Ce que j'ai écrit, je l'ai écrit.
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Lun 3 Déc 2012 - 9:37

19: 23 Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent ses vêtements, et ils en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi sa tunique, qui était sans couture, d'un seul tissu depuis le haut jusqu'en bas. Et ils dirent entre eux:
19: 24 Ne la déchirons pas, mais tirons au sort à qui elle sera. Cela arriva afin que s'accomplît cette parole de l'Écriture:

Citation :
Ils se sont partagé mes vêtements,
Et ils ont tiré au sort ma tunique.
Voilà ce que firent les soldats.

L'apôtre Jean était témoin oculaire de cet évènement, notamment de l'accomplissement du Psaume 22 entièrement prophétique. Il contient églement les paroles citées par Jésus à haute voix depuis la croix :
Citation :
Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?
Je crie, mais ton secours ne vient pas. (Psaumes 22:2)
À présent, l'apôtre Jean attire l'attention sur un autre accomplissement de ce Psaume prophétique :
Citation :
Ils se partagent mes vêtements,
Ils tirent au sort ma tunique.
(Psaumes 22:19 [18])
Si on lit le Psaume 22 en entier, on remarquera des parallèles avec Ésaïe chap 53 décrivant également prophétiquement ce qu'il adviendra du Messie. Les descriptions qu'on trouve dans le récit de l'apôtre Jean, dans le Psaume 22 et dans Ésaïe chap 53 sont si remarquables de précisions qu'on a mal avec Jésus en les lisant et on est d'autant plus touché si on réalise que le Fils de Dieu a souffert toutes ces choses pour nous sauver :
Citation :
En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. (Jean 3:16)

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Mar 4 Déc 2012 - 12:31

19: 23 Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent ses vêtements, et ils en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi sa tunique, qui était sans couture, d'un seul tissu depuis le haut jusqu'en bas. Et ils dirent entre eux:
19: 24 Ne la déchirons pas, mais tirons au sort à qui elle sera. Cela arriva afin que s'accomplît cette parole de l'Écriture: Ils se sont partagé mes vêtements, Et ils ont tiré au sort ma tunique. Voilà ce que firent les soldats.


La loi romaine De bonis damnatorum adjugeait aux exécuteurs les vêtements des condamnés.
Spoiler:
 
C'est ainsi que Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent ses vêtements, ainsi que ceux des deux autres condamnés et se répartirent entre eux les différentes pièces composant l'habillement. et ils en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ce qui suppose qu'ils étaient quatre à s'adjuger le "butin". Ils prirent aussi sa tunique, qui était sans couture, d'un seul tissu depuis le haut jusqu'en bas.

Dans l'esprit de ces hommes il eut été dommage que cette tunique tissée d'un seul tenant perde de sa valeur en se la partageant en quatre.
Et ils dirent entre eux: Ne la déchirons pas, mais tirons au sort à qui elle sera. Cela arriva afin que s'accomplît cette parole de l'Écriture: Ils se sont partagé mes vêtements, Et ils ont tiré au sort ma tunique. Voilà ce que firent les soldats

Ainsi se réalisa jusqu'au dernier trait de lettre ce qu'avait décrit le psalmiste en traçant le tableau du roi d'Israël au comble de sa souffrance
Le gouverneur romain avait proclamé Jésus le roi des Juifs ; les soldats romains, sans le vouloir, le signalèrent comme le vrai David promis dans le Psaume 22.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Mer 5 Déc 2012 - 14:08

19: 25 Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala.
19: 26 Jésus, voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: Femme, voilà ton fils.
19: 27 Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui.


Seul L’Évangéliste Jean nous apprend ce dont les autres n'ont pas parlé. En effet les autres Évangélistes ont décrit divers évènements survenus lors de la mort de Jésus : le ciel couvert de ténèbres, le soleil refusant sa lumière, le voile du temple qui se déchira en deux, la terre qui trembla etc... Mais Jean estima qu'il était plus important de rapporter les paroles de Jésus, qui avant de mourir, du haut de sa croix, surmontant ses douleurs, adressa à sa mère, ainsi qu'à son disciple bien aimé, un témoignage d'une affection extraordinaire.

Cet hommage public que Jésus leur rendit fut un témoignage d'un profond Amour. Jésus, voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: Femme, voilà ton fils. Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui.
Ces deux êtres bien-aimés, qui avaient été pour Lui tout au long de son existence d'une grande valeur, il les lègue l'un à l'autre, donnant ainsi à la fois un fils à sa mère, une mère à son disciple.

Selon toute vraisemblance, les femmes qui étaient présentes avec la mère de Jésus, s’éloignèrent de la croix après que Jésus eut recommandé sa mère à son disciple.
Elles s'éloignèrent de la multitude qui les entourait, pour continuer de voir de plus loin le spectacle qu’elles avaient sous les yeux, ce qui fit dire aux autres évangélistes qui ne parlent d’elles qu’après la mort de Jésus qu’elles se tenaient loin de la croix. (Marc 15:40-41; Matthieu 27:55-56)
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Jeu 6 Déc 2012 - 9:54

19: 28 Après cela, Jésus, qui savait que tout était déjà consommé, dit, afin que l'Écriture fût accomplie: J'ai soif.
19: 29 Il y avait là un vase plein de vinaigre. Les soldats en remplirent une éponge, et, l'ayant fixée à une branche d'hysope, ils l'approchèrent de sa bouche.
19: 30 Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l'esprit.


Une fois de plus, Jésus a l'accomplissement du Psaume 22 à l'esprit lorsqu'il dit qu'il a soif :
Citation :
Ma gorge est desséchée comme un tesson d’argile, ma langue colle à mon palais, tu me fais retourner à la poussière de la mort. (Psaumes 22:16)
Puis après avoir pris le vinaigre, le moment est venu de dire : "Tout est accompli"

L'oeuvre confiée par le Père au Fils est maintenant achevée.
Jésus a remis son esprit entre les mains du Père.
L'agneau de Dieu qui ôte le péché du monde est sacrifié !

Plus tard, après sa résurrection, Jésus donnera des détails à ses disciples sur ce qui le concernait dans toutes les Écritures :
Citation :
Ne fallait-il pas que le Messie souffre ces choses et qu'il entre dans sa gloire? Puis, en commençant par les écrits de Moïse et continuant par ceux de tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Ecritures ce qui le concernait. (Luc 24:26-27)

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Jeu 6 Déc 2012 - 22:14

19: 28 Après cela, Jésus, qui savait que tout était déjà consommé, dit, afin que l'Écriture fût accomplie: J'ai soif.
19: 29 Il y avait là un vase plein de vinaigre. Les soldats en remplirent une éponge, et, l'ayant fixée à une branche d'hysope, ils l'approchèrent de sa bouche.
19: 30 Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l'esprit.


Si l'on se remémore les conditions vécues par Jésus, depuis son arrestation jusqu'au moment où il fut cloué sur la croix, il ne peut nous échapper que toutes ses souffrances subies et endurées, sont venues rendre plus difficile et pénible les efforts qu'il dut fournir pour porter sa croix jusqu'au lieu de son exécution.

Jésus devait apparaître aux regards de tous, endurant le cumul de toutes ses souffrances.
Au nombre de ses souffrances il y eut en toute fin de vie : la soif.
Certes, on avait bien offert à Jésus au moment de son crucifiement, à boire du vin mêlé de myrrhe, mais il ne le prit pas (Marc15:23) Cette boisson Jésus la refusa, car il voulait garder toute sa lucidité jusqu'à la fin.

Après cela, Jésus, qui savait que tout était déjà consommé, dit, afin que l'Écriture fût accomplie, c’est-à-dire pour que la prédiction de l’ Écriture :
Citation :
(…) pour apaiser ma soif ils me donnent du vinaigre. (Psaumes 69:22)
reçoive aussi son accomplissement, il dit : "J'ai soif".

Pour étancher sa soif, ils lui donnèrent le breuvage préparé pour les condamnés. Il y avait là un vase plein de vinaigre. Les soldats en remplirent une éponge, et, l'ayant fixée à une branche d'hysope, ils l'approchèrent de sa bouche

Jésus prit le vinaigre non pour le boire, mais pour accomplir ce qui était écrit. Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: Tout est accompli.
Comme il ne restait plus rien de ce qui devait s’accomplir avant sa mort, Jésus baissant la tête, il rendit l'esprit

Ainsi, après avoir fait toutes les choses dont il attendait l’accomplissement pour mourir, Jésus a agit en tout, comme celui qui avait le pouvoir de donner sa vie et le pouvoir de la reprendre.
Citation :
Personne ne me l'enlève, mais je la donne de moi-même. J'ai le pouvoir de la donner et j'ai le pouvoir de la reprendre. Tel est l'ordre que j'ai reçu de mon Père.» (Jean 10:18

Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Ven 7 Déc 2012 - 11:38

A LA DEMANDE DES JUIFS, LA MORT DE JÉSUS EST CONSTATÉE PAR LES SOLDATS (versets 31 à 37)
19: 31 Dans la crainte que les corps ne restassent sur la croix pendant le sabbat, -car c'était la préparation, et ce jour de sabbat était un grand jour, -les Juifs demandèrent à Pilate qu'on rompît les jambes aux crucifiés, et qu'on les enlevât.

19: 32 Les soldats vinrent donc, et ils rompirent les jambes au premier, puis à l'autre qui avait été crucifié avec lui.

19: 33 S'étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes;

19: 34 mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l'eau.

19: 35 Celui qui l'a vu en a rendu témoignage, et son témoignage est vrai; et il sait qu'il dit vrai, afin que vous croyiez aussi.

19: 36 Ces choses sont arrivées, afin que l'Écriture fût accomplie: Aucun de ses os ne sera brisé.

19: 37 Et ailleurs l'Écriture dit encore: Ils verront celui qu'ils ont percé.

Revenir en haut Aller en bas
Elisa

avatar

Nombre de messages : 1167
Localisation : france
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Ven 7 Déc 2012 - 19:05

19: 31 Dans la crainte que les corps ne restassent sur la croix pendant le sabbat, -car c'était la préparation, et ce jour de sabbat était un grand jour, -les Juifs demandèrent à Pilate qu'on rompît les jambes aux crucifiés, et qu'on les enlevât.

19: 32 Les soldats vinrent donc, et ils rompirent les jambes au premier, puis à l'autre qui avait été crucifié avec lui

En 1968 suite d'une découverte archéologique,des reste du squelette d'une personne qui avait étè crucifié ,on constata que les tibias avaient étè brises d'un seul coup cela illuste bien le passage du Deuteronome ,en outre a cause de la loi on ne pouvait laissé un corps exposé pendant la nuit ,et certainement pas le jour du Sabbat.Celui qui était ainsi exécuté était un objet de malédiction

Citation :


Deutéronome 21.22 Si l'on fait mourir un homme qui a commis un crime digne de mort, et que tu l'aies pendu à un bois,

21.23 son cadavre ne passera point la nuit sur le bois; mais tu l'enterreras le jour même, car celui qui est pendu est un objet de malédiction auprès de Dieu, et tu ne souilleras point le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne pour héritage


Cette pratique entraina la mort a bréve échéance ,a cause du choc ,de la perte de sang ,et de l'incapacité de respirer qui en résultait ( la cage thoracique subissant la pression du poid du corps aprés la rupture des jambes )si les choses n'était pas procedé ainsi ,la personne pouvait vivre encore des heures voir des jours cette cruxifiction fut donc exécutes sur les deux brigands
de chaque coté de Jesus
Citation :
Galates 3:13 Christ nous a rachetés dela malédiction de la loi ,étant devenu malédiction pour nous -car il est écrit maudit est quiconque est pendu au bois

_________________
Galates 1:10 Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Sam 8 Déc 2012 - 15:51

19: 31 Dans la crainte que les corps ne restassent sur la croix pendant le sabbat, -car c'était la préparation, et ce jour de sabbat était un grand jour, -les Juifs demandèrent à Pilate qu'on rompît les jambes aux crucifiés, et qu'on les enlevât.
19: 32 Les soldats vinrent donc, et ils rompirent les jambes au premier, puis à l'autre qui avait été crucifié avec lui.
19: 33 S'étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes;
19: 34 mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l'eau.


Habituellement, les Romains ne se souciaient pas des corps des crucifiés. Ces corps devenaient très souvent la proie d'animaux prédateurs sous l'indifférence générale.
Mais dans le cas présent, dans la crainte que les corps ne restassent sur la croix pendant le sabbat, -car c'était la préparation, et ce jour de sabbat était un grand jour, les juifs manifestèrent des scrupules, et eurent des inquiétudes au sujet du sabbat à venir.

Ce sabbat leur était particulier et différent des autres sabbats, car celui-ci se situait dans la semaine où ils venaient de célébrer et de manger la pâque.
C'était donc un sabbat qui revêtait une solennité toute particulière et qui sous entendait, nécessitait, la "préparation" d'une double provision d'aliments.
Comme la loi défendait que le supplice d’un homme condamné à mort se prolonge au delà du coucher du soleil. (Deutéronome 21:22-23) les Juifs demandèrent à Pilate qu'on rompît les jambes aux crucifiés, et qu'on les enlevât.

C'est donc sous couvert de cette loi qu'ils adressèrent cette demande à Pilate, mais c'est peut être aussi, compte tenu des habitudes des Romains concernant les crucifiés, qu'ils craignirent d'être regardés comme des homicides ou des bourreaux dans ce jour de fête.

Pilate, consentit à l'opération qui lui était demandée Les soldats vinrent donc, et ils rompirent les jambes au premier, puis à l'autre qui avait été crucifié avec lui.
Dans ces moments difficiles, sans nom, on réalise la force extraordinairement grande de la vérité. Les Juifs eux-mêmes, par leurs efforts, concouraient à l’accomplissement des prophéties. S'étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes;
Conformément aux Écritures, ceux qui dans l'ancienne loi célébraient la pâque devaient immoler un agneau en veillant à ne briser aucun de ses os. Cette condition s'appliqua à Jésus, Lui qui était l'agneau de Dieu.
Citation :
Ils n'en laisseront rien jusqu'au matin et ils ne briseront aucun de ses os. Ils la célébreront suivant toutes les prescriptions de la Pâque. (Nombres 9:12)
mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, Ce coup de lance lui fut porté pour achever Jésus au cas où il serait resté un léger principe de vie dans le corps de Jésus.

et aussitôt il sortit du sang et de l'eau. Ce fait demeure mystérieux mais il se pourrait qu'il ait été en relation avec la nature exceptionnelle du corps de Jésus que le péché n'avait jamais altéré.
Revenir en haut Aller en bas
Elisa

avatar

Nombre de messages : 1167
Localisation : france
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Sam 8 Déc 2012 - 18:04

sortit du sang et de l'eau.

Petit commentaire


selon la description de la mort de Jésus faite par l’apôtre Jean, lorsqu’il dit que de l’eau et du sang sont sortis de Son côté percé, des scientifiques sont arrivés à cette étonnante conclusion: Jésus serait mort d’une rupture du péricarde au niveau du cœur. C’est pourquoi Il est mort plus tôt que les malfaiteurs crucifiés avec Lui. En effet, la crucifixion est une mort lente et qui peut souvent durer plus de vingt-quatre heures. Dans le cas de Jesus , il mourut rapidement, au bout de six heures. Cela indique d’une certaine manière, qu’Il n’est pas simplement mort à cause de la souffrance physique et de ses conséquences, mais surtout à cause de l’horreur du péché qui l’écrasait sur la croix et Son cœur n’aurait donc pas tenu. Ce serait donc davantage le poids de l’angoisse sur son âme qui serait à l’origine de Sa mort. Jésus est donc réellement mort à cause de nos péchés, et en les portant en Son corps sur la Croix. Esaie 53:8 a d’ailleurs prédit ce qui allait se passer dans cette mort en déclarant: Il a été enlevé par l’angoisse et le châtiment

_________________
Galates 1:10 Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ.
Revenir en haut Aller en bas
Nomade
Admin
avatar

Nombre de messages : 11350
Localisation : Europe
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Lun 10 Déc 2012 - 0:09

19: 35 Celui qui l'a vu en a rendu témoignage, et son témoignage est vrai; et il sait qu'il dit vrai, afin que vous croyiez aussi.

Jean interrompt son récit pour assurer ses lecteurs qu'il a été un témoin oculaire des évènements qu'il rapporte de manière si détaillée. Il engage sa propre réputation de vrai témoin qui a vu ce qu'il leur écrit afin qu'eux aussi croient.

Lorsqu'il parle de lui-même dans ses écrits, Jean parle habituellement à la 3è personne.

Le témoignage véridique de Jean renforce les paroles de Jésus qui s'était déjà référé au témoignage de Jean-Baptiste, au témoignage de ses oeuvres et au témoignage de son Père. Voilà que Jean s'ajoute à lignée des vrais témoins attestant la véracité de ce qui est écrit sur Jésus dans son Évangile.

_________________
... et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu (n)ous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons tous dans la même ligne - Philippiens 3,15-16.
Revenir en haut Aller en bas
christian59



Nombre de messages : 870
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   Lun 10 Déc 2012 - 15:11

19: 35 Celui qui l'a vu en a rendu témoignage, et son témoignage est vrai; et il sait qu'il dit vrai, afin que vous croyiez aussi.
19: 36 Ces choses sont arrivées, afin que l'Écriture fût accomplie: Aucun de ses os ne sera brisé.
19: 37 Et ailleurs l'Écriture dit encore: Ils verront celui qu'ils ont percé.


C'est à raison que L'apôtre Jean, rédacteur de cet Évangile écrit "Celui qui l'a vu en a rendu témoignage" c'est-à-dire que tout ce qui s'est passé, tous ces évènements, il ne les a pas appris des autres, il y était, il était présent, il en a donc été le témoin oculaire, c'est pourquoi il insiste sur le fait que "son témoignage est vrai". Il fait cette réflexion, à l’occasion de ce nouvel outrage fait au corps de Jésus. Il sait qu'il dit vrai, afin que vous croyiez aussi. Oui, son témoignage doit servir d’appui pour la foi de tous ceux qui ne les ont pas vus.

Jean confirma par deux-témoignages de l’ Ecriture, les deux faits dont il attesta la vérité.
Après avoir dit : "Ils ne Lui rompirent pas les jambes", Jean nous rapporta l'action de ce soldat qui " lui perça le côté avec une lance", et d'attester Ces choses sont arrivées, afin que l'Écriture fût accomplie: Aucun de ses os ne sera brisé".

Toujours à l’appui des Écritures, il cita cet autre témoignage : "Ils verront celui qu'ils ont percé". Oui lorsque les Juifs comprendront leur misérable erreur lors du discours de Pierre, prononcé le jour de la pentecôte, (Actes 2: 37-41) trois mille d'entre eux reconnaîtront alors Jésus comme leur Messie, et se repentiront et demanderont pardon pour leurs actes ignominieux commis envers le fils unique de Dieu.
Citation :
Alors je déverserai sur la famille de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication, et ils tourneront les regards vers moi, celui qu'ils ont transpercé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né. (Zacharie 12:10)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Chapitre 19   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Chapitre 19
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jean :: Chapitre 3
» Jean Chapitre 14
» Jean Chapitre 13
» Jean:: Chapitre 6
» Jean chapitre 12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Liberté Chrétienne :: Réunions chrétiennes :: Étude de la Bible verset par verset. :: Evangile de Jean :: examen verset par verset-
Sauter vers: